Connect with us

Societé

Me Alsény Aissata Diallo : ‘’c’est le ministre de l’administration du territoire qui a troublé l’ordre public’’

Après la condamnation à 7 jours de prison, lundi 14 janvier de 8 militants de l’opposition qu’il défendait au tribunal de première instance de Kaloum, Me Alsény Aïssata Diallo a eu des mots assez durs contre la justice guinéenne qu’il accuse de faire du deux poids-deux mesures dans sa façon de faire.

Cet avocat de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) estime que le procès de ses 8 clients a été le signe d’une injustice, car selon lui, c’est le ministre de l’administration qui a troublé l’ordre public, en annulant l’élection du maire de la commune de Matoto

« Le procès de nos clients a été le signe d’une injustice totale, qui nous a frustrés, qui nous a révoltés. Imaginez, le nommé Balla Moussa qui s’est introduit dans une salle d’élection, qui s’est emparé des bulletins pour les déchirer devant tout le monde, interpellé, mis à la disposition d’un commissariat, c’est quelqu’un de la mouvance qui vient le faire libérer. Ça veut dire que nous sommes dans un pays où un homme est plus fort qu’une institution. C’est extrêmement grave et c’est à regretter », a dit l’avocat.

« Nos clients qui sont des intellectuels, des cadres, se sont levés pour que la volonté populaire soit respectée, pour que celui qui est élu soit installé, conformément à la volonté populaire, mais ce sont eux qui sont jugés, ce sont eux qui sont condamnés. Par contre, celui qui a troublé l’ordre public, c’est celui qui a dit qu’il n’est pas d’accord avec la volonté populaire, c’est le ministre de l’administration du territoire et de la décentralisation. C’est lui qui a dit qu’il n’est pas d’accord avec la volonté de la population de Matoto. Alors, on se demande bien entre celui qui se lève pour dire il faut respecter la volonté populaire et celui qui se lève pour s’opposer à cette volonté, qui a troublé l’ordre public ? voilà un système où on est à deux poids-deux mesures. Partout où on se lève, partout où on voit un doigt, si ce doigt-là est de l’opposition, il est mal apprécié, il est décapité et il est exterminé, alors que si on est de la mouvance, on est applaudi on est ovationné, ça c’est du deux poids-deux mesures et nous le condamnons », a dénoncé cet avocat de l’UFDG.

Thierno Sadou Diallo

+224 626 65 65 39

 

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter