Connect with us

International

Sénégal : pour avoir dit « Sonko président », trois responsables d’un lycée révoqués

Selon l’inspecteur d’académie de Ziguinchor Siaka Goudiaby, ils ont violé les règles de déontologie et d’éthique qui régissent le fonctionnement des établissements scolaires.

Une plainte a également été déposée contre X et les investigations judiciaires se poursuivent, a précisé Siaka Goudiaby .

Le responsable académique a expliqué dans un communiqué que les épreuves ont été envoyées en paquet complet avec toutes les disciplines, par mails groupés et simultanément sur la liste de diffusion de tous les proviseurs.

La section locale du Pastef, parti de Ousmane Sonko candidat à la présidentielle du 24 février a dénoncé « une nouvelle tentative d’intimidation » visant leur leader.

Source : BBC

Continuer la lecture
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    22 février 2019 at 8 h 33 min

    De la propagande. Je crois qu’il faudrait faire attention aux informations sensationnelles que véhiculent parfois certains journalistes. Ici, le contexte de l’information a été totalement déplacé et tronqué pour je ne sais, quelle raison ?

    Que s’est-il passé avant-hier Mercredi au Lycée Ahoune Sané de Bignona (Ziguinchor Sud) en Basse Casamance ?

    Les responsables visés n’ont pas dit Sonko Président. Ils ont carrément écrit sur les feuilles de composition du premier semestre: « Coalition Sonko President ». Le Proviseur et le Censeur du Lycée ont été relevés pour voir inscrit de façon très visible en bas de page « Coalition Sonko Président » sur les copies de composition en Français pour les épreuves du premier semestre.

    Selon l’Agence de Presse Sénégalaise, le Proviseur, le Censeur et un Surveillant du Lycée Ahoune Sané de Bignona (Ziguinchor, sud), ont été relevés de leurs fonctions, ce Mercredi, « à titre conservatoire », pour mention à caractère politique sur les copies des épreuves de composition des élèves.

    En clair, ils ont été relevés de leur fonction « à titre conservatoire », pour mention à caractère politique sur les copies des épreuves de composition, le même jour et de source officielle.

    Le Proviseur du Lycée Ahoune Sané de Bignona, le Censeur, et le Surveillant qui a procédé au tirage des épreuves ont été « effectivement relevés de leur fonction à titre conservatoire », indique la même source.

    Elle explique qu’ils ont été démis « pour mention à caractère politique sur les copies distribuées aux élèves qui étaient en train de passer l’épreuve de Français dans le cadre de la composition du premier semestre ».

    « Il s’agit pour le moment d’une mesure administrative conservatoire qui concerne le Proviseur, le Censeur et un Surveillant (…), je ne peux pas pour le moment vous en dire plus parce que la Justice s’est déjà saisie du dossier dans le cadre d’une enquête », a poursuivi la même source.

    Question. De quel droit, des responsables pédagogiques du niveau Lycée, peuvent-ils se comporter de la sorte comme s’ils ne connaissaient même pas les valeurs du système éducatif de leur propre pays ? De toutes les façons, la Justice s’est saisie du dossier et elle tranchera. La suite, on la verra.

    Selon une autre source, la mention « Coalition Sonko Président » était bien visible en bas de pages des copies des épreuves de Français distribuées aux élèves de la classe de Seconde L1.

    Ceci dit, à l’annonce de cette mesure, les Enseignants du Lycée Ahoune Sané de Bignona auraient déserté les salles de classe pour se solidariser avec les trois responsables de l’équipe pédagogique dont le Proviseur, qui est à sept mois de la retraite.

    Voilà, en attendant les conclusions des Juges, ce qui s’est passé ce Mercredi dans ce Lycée de Bignona, en Basse Casamance.

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter