Inondation à Kankan : un sexagénaire porté disparu

Print Friendly, PDF & Email

La ville de Kankan est confrontée à plusieurs difficultés en cette saison pluvieuse. Ce vendredi 4 septembre 2020, plusieurs maisons ont été inondées au quartier Senkèfara à la sortie de la ville. Cette inondation est la conséquence d’une forte pluie qui s’est abattue sur la ville dans la nuit de jeudi à vendredi. On parle d’un cas de porté disparu. Il s’agit de Sékou Bérété, un homme âgé de la soixantaine, divorcé et père d’un enfant qu’il a d’ailleurs sauvé, qui a été emporté par les eaux.

Commandant Adama Condé, de la protection civile de Kankan, présent sur les lieux avec son équipe de secours, explique : « La Situation est critique et déplorable, parce qu’il y a eu un porté disparu, c’est ce qui ne devait pas arriver. Il paraîtrait que le monsieur a pris l’enfant, vu le débit de l’eau, il a fait monter l’enfant dans un arbre en lui disant de ne pas laisser la branche jusqu’à ce que les secouristes viennent. C’est par après que l’enfant a entendu un cri. Depuis lors, jusqu’à ce matin les jeunes ont fouillé de fond en comble ils n’ont vu personne. Ils nous ont fait appel, je suis avec l’équipe de secouristes. On a fouillé de fond en comble, vous voyez j’étais dans l’eau jusqu’aux aisselles on n’a vu personne. Mais le niveau d’eau fait qu’on ne peut pas risquer d’autres vies ».

Sékou Bérété, le porté disparu, est originaire de Yarakoura. Le maire Mory Kolofon Diakité lance un appel aux ressortissants, afin de prendre la garde de l’enfant de la victime.

« Que tout le monde sache que l’homme vient de Yarakoura. Donc s’il y a des ressortissants de Yarakoura qui sont ici, qu’ils me trouvent à la mairie pour que je puisse mettre l’enfant à leur disposition. Pour le moment, l’enfant est à l’hôpital », a laissé entendre le maire de la commune urbaine de Kankan.

Pour éviter qu’un tel événement se reproduise, commandant Adama Condé demande à la population d’arrêter de construire dans les bas-fonds.

« Il faut dire aux gens de ne pas construire dans les marécages, c’est très dangereux. Parce que parmi les forces de la nature l’eau fait partie. Quelle que soit la durée ou le manque de pluie, un jour viendra où le niveau d’eau va monter et vous engloutir. Qu’on cesse de construire dans les marécages et dans les bas-fonds », a-t-il averti.

A noter qu’au moment où nous mettions cet article en ligne, les recherches continuaient pour tenter de retrouver le vieux ou son corps.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.