Kankan : une boutique cambriolée, 2 télés et des téléphones emportés

Print Friendly, PDF & Email

L’insécurité est devenue un fait récurrent ces derniers temps à Kankan. Dans la nuit de samedi à dimanche 6 décembre 2020, une boutique multi-services a été cambriolée au quartier Missira Kökö sis à la périphérie de la commune urbaine de Kankan. Les présumés voleurs auraient défoncé la porte de ladite boutique pour commettre leur sale besogne.

Mamadou Bella Barry le propriétaire, est diplômé de l’université Julius Nyerere de Kankan. Dans sa boutique, il vend des denrées alimentaires et fait la charge des téléphones. Il explique comment il a appris la mauvaise nouvelle.

« Dans la nuit du 5 au 6 décembre des voleurs sont venus casser la porte de ma boutique. Vers 5 heures du matin, les gens qui revenaient de la prière de l’aube ont vu les portes de ma boutique ouvertes, ils m’ont appelé mais malheureusement mon téléphone était éteint. C’est après qu’ils sont partis chez mon tuteur et l’ont informé et celui-ci est parti me réveiller à la maison. Je suis venu, j’ai trouvé la porte ouverte et des choses emportées », explique-t-il.

Bien qu’il n’y avait pas d’argent à l’intérieur, ces présumés voleurs ont emporté les deux télévisions qui y étaient et quelques téléphones qui se trouvaient en charge, déplore notre interlocuteur qui estime cette perte à plus de 10 millions de nos francs.

« Comme je connais la situation actuelle de la ville, je ne laisse pas l’argent et les téléphones dans ma boutique j’envoie tout à la maison. J’avais deux télévisions de marque LG ici, une télé 32 et une télé 43, c’est ce qu’ils ont emporté avec quelques téléphones que j’avais oubliés. Je peux estimer cette perte à plus de 10 000 000 de francs guinéens », déplore-t-il.

Pour finir, Mamadou Bella Barry appelle les autorités à assurer la sécurité des personnes et de leurs biens, surtout vu la situation actuelle de Kankan, où l’insécurité bat son plein.

« Tout ce que je peux dire au gouvernement c’est de renforcer la sécurité, d’aider la population à renforcer la sécurité. Parce que imaginez un étudiant qui finit les études, tu n’as pas d’emploi tu commences à faire un petit commerce, tu te débrouilles là-bas pour te nourrir et pour subvenir à tes besoins et un seul jour quelqu’un vient casser la porte et prend tes choses et partir. C’est difficile, donc je demande au gouvernement de renforcer la sécurité », lance-t-il.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.