Insécurité : des bandits de grand chemin dont un de 13 ans présentés à la presse 

Print Friendly, PDF & Email

 

La Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) a procédé à la présentation ce vendredi, 9 septembre 2020 de présumés bandits à la presse. Il s’agit des nommés Sitan Touré alias Orange money ou Dénin môba et Abdoulaye Bangoura alias Babana, Lanfia Kéita alias Bangus, Mamadou Oury Diallo alias Bôrô, Mohamed Diakité alias Lexa, Mohamed Soumah, accusés de vol et attaques à main armée sur des citoyens et certains d’entre eux sont accusés du meurtre de deux citoyens. 

Selon le capitaine de police Bah Thierno, chef de section recherche et investigation à la Direction Centrale de la Police judiciaire, ces présumés bandits lui auraient été remis par le coordinateur général des BAC

« Le 30 septembre 2020, le coordinateur général des BAC conduit et met à notre disposition les nommés Sitan Touré alias Orange money ou Deni môba et Abdoulaye Bangoura alias Babana pour assassinat de Feu Mory Condé et Feu Abdoulaye Bangoura dans la nuit du 24 au 25 septembre 2020 à Manéah. Au cours de l’audition, ils ont tous nié l’assassinat de Feu Mory Condé et feu Abdoulaye Bangoura. Par contre, Sitan Touré alias Orange money ou Deni môba dénonce les nommés Rougeo, Michel et Babana pour avoir participé à l’assassinat de Feu Mory Condé et Feu Abdoulaye Bangoura à son domicile au Km36. Par ailleurs, Sitan Touré alias Orange money ou Dénin môba et Abdoulaye Bangoura reconnaissent avoir participé à plusieurs opérations de vol à main armée à Conakry, Coyah et Dubréka. Ils ont dénoncé les nommés Lanfia Kéita alias Bangus, Mamadou Oury Diallo alias Bôrô, Abdoulaye Bangoura alias Babana, Mohamed Diakité alias Lexa, Mohamed Soumah alias King pour avoir été leurs coauteurs et complices dans les différentes opérations », a expliqué le capitaine. 

Ces présumés bandits sont accusés d’avoir semé la terreur dans les zones de Coyah, Dubréka, Conakry. L’un d’entre eux, Mamadou Oury Diallo alias Bôrô, arrêté en détention d’une arme à feu admet avoir participé à des opérations.

« Cette arme m’appartient. Ils m’ont arrêté alors qu’elle était dans mon sac. Nous sommes allés attaquer quelqu’un dans une cour à Laminayah (Coyah). Quand nous sommes allés à Laminayah, nous avons vu une cour fermée. J’ai demandé à Orange money s’il pouvait l’ouvrir. Il a sauté et a ouvert la cour. Quand nous y sommes entrés, j’ai braqué mon arme sur le propriétaire de la maison en le menaçant de le tuer s’il ne nous montrait pas où était l’argent. C’est ainsi qu’il nous a montré l’endroit, c’était un montant de onze millions. Pour la deuxième opération, c’est moi qui avais appelé Bangus pour lui dire que je galérais et il m’a répondu qu’il viendrait me voir plus tard. Je leur ai dit qu’une fois à Coyah de prendre une moto pour Laminayah pour m’y retrouver. Ils sont venus à deux et m’ont trouvé assis avec mon petit Orange money. Ensuite, nous sommes tous allés à chinoyah, c’est en allant vers Kindia, il y a un lycée en bordure de route. Arrivés là-bas, vu que la route est assez dégradée, je leur ai dit de nous y arrêter pour agresser les voitures. C’était entre minuit et 1 heure du matin. Nous y avons arrêté une Renault 21 et avons pu obtenir un peu d’argent que nous nous sommes partagés et chacun est rentré chez lui », reconnaît-il.

Pour le Directeur général de la Police judiciaire le commissaire Aboubacar Fabou Camara, ces attaques perpétrées par des bandits de grand chemin viseraient à perturber l’élection à venir.

Il termine en invitant la population à participer à la lutte contre la grande criminalité en dénonçant les malfrats.

Maciré Camara

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.