Insécurité : des bandits lourdement armés font irruption chez l’Inspecteur général du Travail

Print Friendly, PDF & Email

Mamadou Aliou Diallo et sa famille ont vécu la nuit dernière, l’une des expériences les plus terrorisantes de leur vie. Il était environ 3 heures 15 du matin lorsqu’un groupe d’hommes munis d’armes de guerre et habillés en tenue militaire s’est introduit dans leur concession à Kountia Nord sur la colline, dans la préfecture de Coyah.

Ces hommes, au nombre de cinq qui apparemment n’étaient pas à leur première visite chez la famille Diallo, après avoir fait irruption dans le local de l’homme, Inspecteur Général du travail de son état, ont pris soin de ligoter les deux vigiles de garde avant de s’introduire dans la chambre des enfants puis la chambre principale à la recherche du jackpot. À en croire la victime, ils étaient armés de deux PMAK et d’un PA.

« C’est la deuxième fois qu’ils viennent. La première fois ils n’ont pas pu rentrer, moi j’étais en mission à Fria. C’est de là-bas qu’on m’a appelé qu’il y a eu des voleurs qui  sont venus mais ils n’ont pas pu rentrer.

Donc quand je suis rentré de voyage j’ai pris des dispositions sécuritaires en envoyant une société de surveillance, Laguipress. Donc, ils ont laissé deux gardiens pour toute la nuit. Mais malheureusement hier aux environs de 3h15 comme ça, on a reçu cinq (5) bandits habillés en tenue militaire. Donc ils sont allés dans la chambre des enfants, les enfants ont dit qu’il n’y a rien, qu’il n’y a pas d’argent. Ils ont dit « non non il a l’argent ». Ils sont allés dans la chambre principale là où je suis, ils ont défoncé la serrure, ils se sont introduits, ils ont braqué leurs armes sur nous, des armes de guerre. Il y avait deux PMAK et un PA. Après ils ont dit, « il faut faire sortir l’argent ». J’ai dit « mais il n’y a pas d’argent ». Ils ont rétorqué « non non non tu as l’argent ». Après l’autre a dit « il faut fouiller ». « Couchez-vous ». Après ils ont mis des couvertures sur nous pour ne pas qu’on les regarde. Mais quand il a armé son fusil, je me suis dit soit on gagne ou lui il gagne. Je voulais me jeter sur lui mais ma femme a dit faut laisser. Donc ils ont continué à fouiller, ils ont pris les ordinateurs, les iPads, les téléphones, au total sept (7) téléphones de madame et moi et les enfants certains documents officiels, mes deux sacs là où il y a certains dossiers confidentiels, ils ont pris tout ça. Maintenant en sortant, ils ont dit ne bougez pas, restez ici », a expliqué Monsieur Diallo qui poursuit en ajoutant que ce n’est qu’après le départ de ses bourreaux qu’il ira chercher de l’aide.

« Vers 4 heures 45 ils ont quitté, je suis sorti pour aller voir un cohabitant, un militaire pour lui dire de me passer son téléphone pour que je puisse appeler mon adjoint. Donc quand je l’ai appelé, il a commencé à appeler les autorités. Encore on a appelé à partir d’ici et la Bac 6 et la Bac 12 sont venues à 6 heures et quelques », a-t-il déclaré. 

Sur les lieux, les malfaiteurs ont laissé un chargeur rempli de munitions et des victimes encore sous le choc.

Maciré Camara 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.