Insécurité : un véhicule de transport en provenance de Conakry attaqué par des bandits armés, à Mamou

Print Friendly, PDF & Email

L’insécurité est toujours d’actualité sur la route nationale n°1. Particulièrement entre Kindia-Mamou-Dalaba où des véhicules de transport en commun font l’objet d’attaques à mains armées chaque fois.  

Le dernier cas en date s’est produit dans la nuit du mardi au mercredi 18 novembre dernier. Selon nos informations, c’est un véhicule de transport en commun en provenance de Conakry pour Labé qui a été victime d’attaque de la part des coupeurs de route lourdement armés de fusils  de guerre de types AK 47, à Mamou.

A en croire au chauffeur dudit véhicule, il n’y a pas eu de perte en vie humaine, mais une forte somme d’argent et des objets de valeur ont été emportés par ces bandits.

« Je fais le transport entre Labé-Conakry. Je conduis un véhicule de transport en commun de marque 505, immatriculé RC 8565 M. Nous avons été attaqué à environ 7 kilomètres de  la commune urbaine de Mamou. C’est dans un virage où il y a un trou béant que tout a commencé. D’abord, je les avais dépassé quelques mètres avant. Et c’est là qu’ils sont venus près de mon véhicule en allumant une torche, avant de me faire signe. Lorsque j’ai regardé vers eux, ils m’ont sommé de m’arrêter en me pointant une arme. Ils étaient sur une moto. Ensuite, quelqu’un d’entre eux est descendu pour venir nous faire descendre. Ils nous ont ensuite, conduits dans la brousse et ils nous ont dit de descendre. Nous, les hommes, ils nous ont dit d’aller devant la voiture et nous coucher. Ils ont fouillé les femmes et ils les ont dépouillées de tous leurs biens à savoir des téléphones, des sacs à main et autres. Ils ont pris avec moi une somme d’un million 400 mille fg. L’un des passagers dit qu’ils ont pris avec lui 2 millions 100 mille fg, un autre parle d’un million 500 mille fg et une autre femme avait de l’argent dans son porte monnaie, mais ne se souvient plus de la somme puisqu’elle prenait à chaque fois que le besoin se présentait. Ils ont pris également une tablette appartenant à une fille et un téléphone Nokia. Ils avaient commencé aussi à détacher les bagages, mais vu qu’ils avaient déjà l’argent l’un d’entre eux a dit à ses collègues de se barrer », explique Mamadou Saliou Bah.

Interrogé, le chargé des conflits et négociations au syndicat des transporteurs de la CNTG de Labé a condamné cette autre attaque, avant de lancer un appel à l’endroit des ministres de la Sécurité et celui des Transports.

« C’est vraiment regrettable. Chaque jour ce son des attaques qui se produisent malgré le nombre d’agent de sécurité et de défense déployé entre Kindia-Mamou-Dalaba. Nous demandons aux ministres de la Sécurité et celui des Transports de nous venir en aide. Il faut trouver une solution pour mettre un terme à ces attaques », demande Mamadou Bâ Banks Camara. 

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé 

+224 620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.