Interdiction de la coupe et du transport de bois : la filière régionale de Labé fait part de sa déception

Print Friendly, PDF & Email

Le ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, Oyé Guilivogui, a pris récemment une décision interdisant la coupe et le transport du bois sur toute l’étendue du territoire  national, jusqu’à nouvel ordre. Rencontré ce vendredi 18 juin 2021, le Directeur préfectoral de l’Environnement, des Eaux et Forêts de Labé  a apporté des précisions par rapport à cette décision prise par sa hiérarchie. « Chaque année, le ministère interdit la coupe du bois pendant 3 mois, pour permettre à la population de faire face au reboisement. Le bois est tellement exploité ! Ce repos a commencé pour les mois de juin, juillet, août et septembre. Les contrevenants seront punis par la loi ; c’est-à-dire que ça soit pour la circulation ou la coupe, on a mis fin à ça. On fait face au repos, au travail et au reboisement », affirme  BimbaTolno.

A la question de savoir comment la filière régionale du bois de Labé a accueilli cette décision du ministre de l’Environnement, le président régional de cette plate-forme n’a pas caché sa déception.

« On a accueilli cette décision-là avec surprise. Avant, on a une convention avec eux, qu’il y a un repos biologique et il reste un mois avant le début de ce repos biologique. Ils ont anticipé ce repos pour interdire la coupe et le transport. C’est ce qui nous a déçus. D’habitude, le repos biologique commence au mois de juillet pour se terminer en septembre. C’était pour trois mois. Oui, il y a une coupe abusive, il y a des gens qui font n’importe quoi à Faranah, pour transporter le bois en Sierra-Léone. Il devrait sanctionner les gens qui ont fait des erreurs et laisser les autres travailler pendant le mois qui reste là avant le début du repos biologique », dira entre autres Abdoul Gadiri Diallo.

Déjà, la filière régionale du bois de Labé commence à se heurter à des difficultés. C’est pourquoi, le président de cette corporation lance un appel à l’endroit du gouvernement, histoire de sursoir à cette décision au moins pour deux semaines.

« On a eu tellement de difficultés ! En ce moment, il y a assez de camions qui ont quitté la brousse pour venir prendre des papiers. Maintenant, ce n’est pas possible de transporter ce bois. Nous avons fait beaucoup de dépenses, comme l’avance donnée aux différents chauffeurs pour aller chercher ce bois. Maintenant, si on te dit de faire descendre ce bois, c’est une autre dépense. On demande au gouvernement de sursoir à sa décision même si c’est pour deux semaines. Ça va nous arranger. Le bois est déjà coupé, si on n’envoie pas, ça risque de se gâter », plaide Abdoul Gadiri Diallo.

Tidiane Diallo, correspondant régional à Labé.

620 44 25 83

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.