Interdiction de vente du carburant sur le marché noir : le DR des Hydrocarbures de N’zérékoré rassure

Print Friendly, PDF & Email

Le Ministère de la sécurité et de la protection civile a, dans un communiqué annoncé que la vente du carburant sur le marché noir dans le pays est interdit et que tout contrevenant s’exposera à des sanctions.

Dans la ville de N’zérékoré, au sud du pays, cette décision est mal perçue par les vendeurs de carburant sur le marché noir. C’est le cas de Moussa Mara qui ne partage pas cette décision.

« C’est une mauvaise idée dans la mesure où beaucoup de localités de la région n’ont pas de station service. En plus, c’est dans cette activité que nous trouvons notre dépense. Comment nous allons nourrir notre famille », s’interroge-t-il, avant d’ajouter que s’il y a crise, « ce n’est pas nous et nous n’avions jamais été à l’origine des crises. »

 Pour un autre vendeur de carburant sur le marché noir, cette décision n’est pas bien mûrie dans la mesure où plusieurs localités ne disposant de station service. « Moi, je viens ici pour prendre le carburant et envoyer au village chaque semaine. Vers kéréma, on n’a pas de station service. L’Etat devrait penser à tous ses facteurs d’abord. C’est dans ça que je vais tout depuis des années. Quelle autre  activité  le Ministre de la sécurité va me donner ? Nous, on ne brûle pas les édifices avec ça. C’est pourquoi je pense que c’est une décision qui devrait se limiter à Conakry.  Je demande pardon au gouvernement d’alléger cette mesure par endroit », plaide-t-il.

Joint au téléphone, le Directeur régional des Hydrocarbures, Yacouba Traoré précise que des dispositions seront prises à cet effet.

« Ce des mesures discrétionnaires de l’Etat, nous ne pouvons rien faire dans ce sens. Il y a aujourd’hui des localités voir même des sous préfectures en tenant compte des distances et l’inexistence des stations services. Si les autorités ont pris cette décision, c’est qu’elles prendront les modalités d’application en tenant compte des localités qui n’ont pas de station service. Pour toutes mesures, il y a des mécanismes d’application. La loi qui régit la distribution et l’importation du carburant, il est mentionné en son article 9 que lorsque une localité qui n’a pas de station service, les autorités en charge de la gestion doivent prendre des mesures pour chercher à approvisionner la localité. Imaginer la préfecture de Yomou, il y a pas de station service opérationnel. Donc, nous attendons les mesures d’applicabilité de cette décision. Et je pense que les moyens seront trouvés pour ça. Nous allons donc convoquer une réunion avec tous les acteurs à partir de demain », a-t-il confié.

Sur la question d’une éventuelle crise de carburant, il a laissé entendre qu’un stock important est déjà disponible et que d’autres camions citernes sont déjà en route.

Amara Souza Soumaoro, Correspondant à N’zérékoré

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.