Interdiction des prières nocturnes : les manifestants dans la rue, à Kankan, pneus brûlés…

Print Friendly, PDF & Email


Les jeunes de la commune urbaine de Kankan, 2è ville du pays, considérée comme grande agglomération musulmane de Guinée, manifestent contre la décision du secrétariat général des affaires religieuses, celle de l’interdiction des prières nocturnes des dix derniers jours du mois de ramadan pour cause de Covid-19.

Des jeunes munis de bâtons qui scandant “Allahou Akbar” ont pris d’assaut dans un premier temps le domicile du premier imam El hadj Karamo Bangaly Kaba, puis celui du patriarche M’bemba Madifing Kaba. Ils y ont passé une dizaine de minutes. Une façon pour eux de montrer leur grande mécontentement face à cette décision qu’ils jugent “satanique.”
Dans tous les carrefours et rond points où ils sont passés, ils y ont brûlé des pneus et cassé des briques sur la chaussée.

Pour le moment, le nombre de grognards ne fait que s’agrandir, ils sont passés d’une centaine à un millier dans les rues.
Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.