Intervention en cas de catastrophe naturelle : 25 volontaires à l’école de ‘’France volontaires’’

Print Friendly, PDF & Email

Dans le but de renforcer les capacités des volontaires pour une intervention sûre et rapide en cas de catastrophe, ‘’France Volontaires’’ a organisé ce mercredi 26 août 2020, un atelier de formation à Conakry. Pendant 3 jours, les participants seront outillés en techniques et méthodes d’assistance et de protection des personnes lors des catastrophes sanitaires et naturelles.

Représentant le Ministère de la jeunesse et de l’emploi jeune à cet atelier, Macka Baldé a invité les participants à beaucoup plus d’attention afin de transmettre fidèlement les enseignements tirés de cette séance de formation aux autres volontaires.   

 « Je vous exhorte d’être attentionnés comme d’habitude. Car nous attendons de vous un meilleur résultat. Laissez-moi vous dire qu’une formation quoi qu’elle soit, n’est pas non moins importante, surtout quand vous devez faire une certaine restitution. C’est pourquoi, nous devons faciliter la tâche à nos vaillants formateurs qui sont prêts à nous donner le meilleur d’eux-mêmes », a-t-il laissé entendre.

Dans son intervention de circonstance, le représentant de ‘’France volontaires’’ en Guinée, Telngar Rassembeye a parlé des contours liés à ce projet qui concerne 3 pays (la Guinée, le Sénégal et le Togo).

« Depuis quelques années, on s’est investi dans l’action humanitaire à travers le volontariat européen et le volontariat national. Donc nous mettons en œuvre ce projet qui concerne 3 pays : le Sénégal, la Guinée et le Togo. La Guinée reçoit 11 volontaires internationaux dans ce cadre, ils travaillent en binôme avec des volontaires nationaux. Dans le cadre de la mise en œuvre de cette formation, nous devrons mettre en place une stratégie d’intervention humanitaire pour l’agence nationale du volontariat jeunesse. Vous savez que la Guinée a fait face à l’épidémie Ebola, ensuite à la pandémie mondiale de la Covid-19. Donc il faut mettre en place une stratégie qui puisse déployer des volontaires nationaux dans ce cadre. Ça, c’est une catastrophe sanitaire, mais il y aussi des catastrophes naturelles qui peuvent aussi arriver de temps en temps en Guinée ou dans une autre nation. C’est dans ce cadre qu’il faut renforcer les capacités pour pouvoir eux aussi transmettre aux jeunes volontaires », a-t-il expliqué. 

Interrogée, Ramatoulaye Bah, participante à cet atelier, a dit ses attentes en ces termes : « Cette formation tombe très bien parce qu’elle parle de risques de catastrophes naturelles. Aujourd’hui, nous qui évoluons dans le volontariat, c’est très important pour nous. Nos attentes, c’est d’être formés afin de pouvoir former les autres sur les risques de catastrophes et les besoins de premiers secours. »    

Au sortir de cette formation, les participants devront être capables de former d’autres volontaires pouvant intervenir lors des crises sanitaires et naturelles.

Mohamed Cissé     

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.