Connect with us

Societé

Interview. Les confidences de Balla Moussa Dioubaté, président du Conseil des Guinéens de Malaisie

Published

on

Balla Moussa Dioubaté est informaticien diplômé de l’Université internationale islamique de la Malaisie. Actuellement, il prépare sa thèse en doctorat et en même temps, il est le président du Conseil des Guinéens de la Malaisie. Dans cette interview qu’il a bien voulu accorder à Mediaguinee, il parle essentiellement dudit Conseil, de son rôle et de ses relations avec la représentation diplomatique guinéenne basée en Malaisie.  

Mediaguinee : Monsieur Balla Moussa Dioubaté, vous êtes le président du Conseil des Guinéens en Malaisie. Depuis quand êtes-vous à la tête de cette structure?

Balla Moussa Dioubaté : Ce conseil a été installé suivant une décision gouvernementale pour la mise en place de ce conseil partout où il y a une forte communauté guinéenne. Donc, la Malaise, à l’instar des autres pays où les Guinéens sont représentés, a mis en place un Conseil. Le bureau du Conseil a été élu en novembre 2017 et a été suivi par l’installation  du Conseil en janvier 2018 à Conakry.  Dans les textes, la durée de notre mandat est de deux ans renouvelable une seule fois.

Mediaguinee : Depuis que vous êtes à la tête de ce Conseil, vous avez certainement pu accomplir beaucoup de tâches. Quelles sont ces tâches ? Dans le futur, que comptez-vous faire ?

Balla Moussa Dioubaté : En général, l’objectif de la création de ces conseils est prédéfinie d’un côté par le gouvernement qui cherche en premier lieu à faire une bonne gestion de la communauté guinéenne vivant en Malaisie,  pour communiquer les problèmes auxquels cette dernière est confrontée.  Deuxièmement, c’est de faire en sorte que les Guinéens de la diaspora participent au développement de leur pays, à travers le transfert de fonds et autres. Le troisième point, c’est comment encourager les investisseurs des pays étrangers à venir investir en Guinée. Tout cela fait partie des objectifs du Conseil, y compris les Guinéens qui sont en situation de rapatriement et comment chercher à s’impliquer pour gérer ces cas et faciliter leur retour au pays.

Il faut reconnaître que depuis plus d’une année, nous sommes en train de travailler. Lorsque la décision est venue pour la mise en place du Conseil des Guinéens de la Malaisie, il fallait d’abord travailler sur le statut et le règlement intérieur. Comme chaque pays a ses réalités, il fallait donc qu’on adapte le statut à la réalité de la Malaisie. On a créé le logo, un site web et on a mis en place des commissions de travail,  c’est-à-dire des commissions qui sont chargées des activités sportives et culturelles. Un autre cas qu’il faut signaler, c’est la situation à laquelle beaucoup de Guinéens font face, à savoir le dépassement de séjour. Donc, il y a une commission au sein du Conseil  qui va veiller sur ce cas. A ce niveau, nous avons pas mal de problèmes, parce que beaucoup de Guinéens se retrouvent dans cette situation. Certains sont diplômés, de très bons cadres. Mais malheureusement, par peur de retourner au pays vu certaines pressions familiales, ils préfèrent rester. C’est un peu difficile, car là-bas, les études sont payantes. Et une fois que vous êtes diplômé, votre séjour est ajourné et il vous faut revenir au pays. Donc, nous avons ces cas. Et malheureusement, certains d’entre eux se font arrêter et se retrouvent en prison. L’autre cas, c’est celui des personnes qui ont été victimes d’escroquerie à partir de la Guinée. Les parents ont fait le mauvais choix en les envoyant en Malaisie comme pays de transit. De là-bas, ils peuvent aller dans d’autres pays. Ceux-ci aussi se retrouvent en prison. Donc, je profite de votre micro pour lancer un appel à tous les parents. Avant d’envoyer leurs enfants en Malaisie, il faut chercher à avoir les bonnes informations, chercher à s’informer auprès des autorités, ou voir le Conseil. Les contacts sont partout et s’il faut même partir sur les sites des universités  pour vérifier ce qu’on leur dit à partir de la Guinée, pour ne pas être victimes. Il faut reconnaître que malgré que les études soient payantes, la formation est très bonne en Malaisie. Les coûts sont moins chers, comparativement aux pays comme le Canada,  l’Angleterre et autres, avec à peu près la même formation en Malaisie. Mais il y a assez de difficultés. Il faut être prêt avant d’aller en Malaisie. C’est difficile parce que là-bas, les étudiants ne travaillent pas et il faut que vous soyez pris en charge. Il y a quand même des avantages, parce que lorsque vous êtes là-bas, vous avez l’obligation de finir vos études. Je vous donne un exemple. Au courant de cette année seulement, il y a eu 29 Guinéens diplômés. Donc, ça c’est un succès. Si les étudiants sont financés, ils ne seront pas exposés à des travaux qui vont les empêcher de faire les études, contrairement en Europe où beaucoup vont avec pour objectif d’étudier mais qui abandonnent soit pour le boulot ou pour le manque de soutien. Nous essayons de trouver des solutions chaque fois que nous avons de tels problèmes. On fait des contributions au niveau du Conseil mais aussi au niveau de la communauté. Des fois, on contacte même les parents de l’intéressé pour lui venir en aide. Il y a des cas que l’ambassade prend en charge.

Mediaguinee : Vous dites qu’il y a des Guinéens qui se retrouvent dans des situations très difficiles, parce qu’ils ont été  victimes d’escroquerie à partir de la Guinée. Alors, quel rôle joue le Conseil pour aider ces personnes ?

Balla Moussa Dioubaté : Ce qu’on peut faire, c’est de sensibiliser, parce que ceux qui commettent ces actes sont en Guinée. Juridiquement, on ne peut pas prendre des dispositions contre eux, à partir du moment où ils sont en Guinée. Même si les parents veulent engager des procédures judiciaires, ça se fait en Guinée. Ce que nous, nous pouvons faire, c’est de profiter des médias pour informer les parents de ce qui ne va pas là-bas, leur dire qu’est-ce qu’il faut faire pour éviter qu’ils soient victimes. Et c’est quelque chose que nous faisons tout le temps lors des rencontres avec la communauté, même lors des cérémonies sociales comme les baptêmes et les mariages.

Mediaguinee : Quelles sont vos relations avec la représentation diplomatique guinéenne basée en Malaisie ?

Balla Moussa Dioubaté : Dans le cas spécifique de la Malaisie, il faut reconnaître qu’il y a de très bons rapports entre le Conseil et l’Ambassade, parce qu’à chaque fois que nous sommes en difficulté sur le terrain, que ça soit sur les cas des Guinéens en prison ou des cas de rapatriement, l’ambassade nous vient en aide, soit par des écrits, par des appels ou par des déplacements. Comme c’est nous qui sommes sur le terrain, on est les premiers à avoir des informations, on fait ce qu’on peut jusqu’à ce que les choses deviennent impossibles pour nous. C’est en ce moment qu’on appelle l’ambassade. En ce qui concerne certaines activités liées à la représentation guinéenne, c’est l’ambassade qui fait appel au Conseil. Et ce qu’il faut souligner, l’ambassade finance certaines activités. Ça a été le cas du soixantenaire de l’indépendance qui a été un grand succès. Donc, il y a de très bons rapports entre l’ambassade et nous.

Mediaguinee : Dans plusieurs pays, on entend des Guinéens se plaindre des conditions d’obtention de documents de séjour. Est-ce qu’en Malaisie, il est difficile pour les Guinéens d’obtenir ces documents ?

Balla Moussa Dioubaté : Il y a des problèmes de ce genre en Malaisie. C’est pourquoi je dis, il faut avoir des bonnes informations avant de partir. En Malaisie, la majorité des Guinéens sont des étudiants. Il y a une minorité qui réussit à avoir accès à certaines entreprises pour des emplois. Si vous êtes étudiant, vous bénéficiez d’un visa étudiant mais la loi malaisienne ne vous permet pas de rester dans le pays une fois que vous avez fini vos études, à moins que vous ne soyez en activité dans une entreprise. Et même si c’est le cas, la procédure est longue. Même si vous êtes diplômé en Malaisie, si l’entreprise veut vous recruter, vous êtes obligé de revenir chez vous, attendre une autre autorisation pour revenir en Malaisie. Dans ce cas, vous prenez un visa normal à l’ambassade pour bénéficier du statut de travailleur. La compétition est élevée, il y a  des Malaisiens qui cherchent aussi des emplois et la Malaisie n’est pas un pays développé à 100%.

Mediaguinee : Un autre problème auquel les Guinéens vivant à l’étranger sont confrontés, c’est le renouvellement des passeports. Ils sont obligés de rentrer au pays pour pouvoir renouveler leurs passeports. Comment, vous les Guinéens vivant en Malaisie, vous faites pour renouveler vos passeports ?

Balla Moussa Dioubaté : Je vous donne un exemple. Je viens de renouveler mon passeport. Donc, c’est un problème. Nous avons cherché à attirer l’attention des autorités. Nous avons eu des promesses mais malheureusement nous ne voyons pas l’équipe. Comme nous avons un nouvel ambassadeur, lors de son discours, il a rassuré que les démarches vont bon train. Avant cela, au niveau du Conseil, on a eu à attirer l’attention des autorités lors de ma présence pendant le forum de la diaspora. Nous avons eu une rencontre avec le ministre à l’époque, je lui ai exposé ce problème et il l’a mis dans son agenda. Et tout dernièrement, le ministre de la Sécurité, Son Excellence monsieur Keïra, était en Malaisie. Nous avons soulevé le même problème. Ils nous ont tous promis et nous sommes dans l’attente. On espère qu’avec la fin du Ramadan, nous allons recevoir une équipe pour renouveler nos passeports.

Mediaguinee : Nous sommes au terme de cette interview. Qu’est ce qui n’ a pas été dit et que vous aimeriez ajouter?

Balla Moussa Dioubaté : En Malaisie, on a effectué beaucoup d’activités  et on a des perspectives parce que nous allons bientôt organiser une semaine culturelle, qui sera la semaine de l’étudiant guinéen. Comme on l’a fait l’année dernière, on a réuni tous les diplômés et on leur a fait des cadeaux symboliques pour les encourager et pousser ceux qui sont en situation de classe de faire comme eux. À part ça, nous projetons un projet d’envergure qui est le forum des investisseurs guinéo-malaisiens. Nous avons entamé les démarches des deux côtés et les préliminaires vont bon train. Il y a beaucoup de Guinéens en Malaisie qui ont réussi à faire des entreprises parce qu’ils se sont arrangés à avoir de très bons contacts. Je veux parler des entreprises comme Global-Intellect, Mappé, ComsTech, Sabatier Link etc. Donc, c’est une fierté pour nous là-bas. Avec ce projet de forum, nous allons faire en sorte qu’ils nous rejoignent pour la réussite de ce forum. Je profite de l’occasion pour remercier toute la communauté guinéenne en Malaisie.

Réalisée par Thierno Sadou Diallo

+224 626656539

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. CONDÉ ABOU

    16 juin 2019 at 15 h 11 min

    Great and congratulation ! Bravo, Cher Monsieur Balla Moussa Dioubaté pour vos sages conseils et votre cursus académique si flatteur et encourageant dans une filière comme la vôtre, et qui est tellement convoitée aujourd’hui dans le monde par les grandes entreprises de la haute technologie informatique.

    En toute sincérité, j’ai l’intime conviction que le potentiel scientifique et technique des jeunes Guinéens est très admirable. Beaucoup parmi eux, ont juste besoin de soutien financier et d’encadrement de la part de leurs parents et de l’Etat pour decoller et aller vite.

    En regardant le parcours de nombreux jeunes Diplômés et Chercheurs Guinéens arrivés ici aux Etats Unis après leur formation de haut niveau au Maroc, en Malaisie, en Chine ou en Europe, l’on en est que très étonné. Ils tiennent très bien en général, et leur nombre grandit assez vite dans les entreprises et le business.

    Soyez assuré que nos jeunes compatriotes chercheurs et vous-même, êtes promis à un très bel avenir Cher Monsieur Balla Moussa Dioubaté, si vous continuez vos laborieux investissements dans la recherche technologique appliquée, notamment dans d’autres grands pays de forte concurrence académique après la Malaisie.

    Puisse Dieu combler votre parcours académique d’une pleine réussite pour porter haut le drapeau de la Guinée et pour que le pays dispose d’une masse critique d’Ingénieurs et Chercheurs dans la haute technologie informatique, partout dans le monde.

    Fier de vous et mes encouragements aux autres compatriotes que vous voudrez bien appuyer et conseiller en tant que jeune leader, dans les secteurs de pointe dont le marché international a tant besoin : la Médecine, le business, les télécommunications, la cyber sécurité, la protection de l’environnement et j’en passe.

    Le monde est dans votre poche Cher Monsieur Dioubaté, c’est ma conviction. Et dans cette logique, vous ne deviendrez jamais pauvre dans la vie. C’est une certitude. Battez-vous tous les jours pour le travail et pour l’argent.

    Merci pour la courtoisie de Médiaguinée et bonne journée chez vous.

Laisser un commentaire

Publicités