Investi candidat, Cellou Dalein Diallo tient un discours martial : ‘’2020 n’est pas 2010…’’

Print Friendly, PDF & Email

Ça y est. L’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) participera à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain. Ce dimanche, le parti a confié ses chances à Cellou Dalein Diallo pour affronter Alpha Condé dans les urnes. Plébiscité par ses militants et sympathisants, l’ancien Premier ministre a répondu favorablement à sa candidature.

Dans son discours, le président de l’UFDG, habillé en treillis, casquette vissée sur la tête, a d’abord remercié l’assistance pour le choix porté sur sa personne, avant de les inviter à lutter contre le troisième mandat du président Alpha Condé dans les urnes.  

« Un fichier électoral tronqué et taillé sur mesure, une CENI et une cour constitutionnelle totalement inféodée à Alpha Condé, la tâche ne sera pas facile.  Ce n’est pas pour autant qu’il faut céder ou abandonner, la Guinée est aujourd’hui dans une situation de non droit, faut obligatoirement corriger cela par un retour à un ordre constitutionnel normal. Nous le ferons ensemble. C’est donc dans la foi de cet exaltant projet commun, celui de libérer notre pays de la dictature que j’accepte d’être candidat de l’UFDG pour l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Ensemble nous rétablirons la souveraineté du peuple, une souveraineté aujourd’hui travestit et détournée. La dictature n’est pas une fatalité, l’alternance démocratique est possible et elle est à notre porté. Pour garantir cette volonté de changement, nous devons résolument nous engager dès maintenant à nous battre. Se battre pour gagner, pour conserver notre victoire. Si Alpha Condé ne reconnait pas sa défaite dans les urnes, nous saurons à lui démontrer dans la rue… », a-t-il dit.  Et de poursuivre : « nous prenons à témoin la communauté internationale qu’il est hors de question cette fois-ci que notre victoire soit confisquée. Il est temps que cette communauté internationale rappelle à Alpha Condé des règles élémentaires de la démocratie. Si c’est entre nos mains, qu’il abandonne cette mission, ou alors Alpha Condé assumera toutes les conséquences de son entêtement. (…) Nous lui montrerons que notre volonté de changement et d’alternance ne se négociera pas. Heureusement que pour nous, c’est la volonté de tout le peuple de Guinée et nous en sommes conscients. 2020 n’est pas 2010… nous sommes prêts à user de tous les moyens légaux pour empêcher Alpha Condé de s’octroyer un troisième mandat. Nous serons dans la rue et sur les places publiques pour manifester contre le troisième mandat jusqu’au dernier jour, et nous serons dans les urnes pour empêcher Alpha Condé de s’octroyer un troisième mandat », réitère le président de l’UFDG.

Cellou Dalein Diallo a également annoncé la tenue très prochainement du dialogue politique inter-guinéens. A l’en croire, des réunions préparatoires ont déjà eu lieu avec l’Union Africaine, les Nations-Unies et la CEDEAO. Il a ensuite cité les points de revendication de l’opposition politique que sont l’annulation du double scrutin du 22 mars, l’étude et l’assainissement du fichier électoral, l’achèvement des élections locales du 4 févier 2018 par l’installation sur l’ensemble du territoire national des conseillers de quartier et de district ainsi que des 8 conseillers régionaux, l’ouverture du processus électoral aux partenaire traditionnels de la Guinée dans l’organisation des élections (UE, OIF, ONU), l’envoi d’une mission tripartite CEDEAO, UA, ONU pour faire le bilan des violences policières lors des manifestations contre le troisième mandat et également la libération de tous les prisonniers

Mohamed Cissé

+224 623-33-83-57

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.