Iran: Rohani ordonne une enquête après des propos du chef de la diplomatie ayant fuité

Print Friendly, PDF & Email

Le président iranien, Hassan Rohani, a ordonné une enquête après la fuite d’un enregistrement audio contenant des déclarations du chef de la diplomatie iranienne critiquant le rôle du défunt général Qassem Soleimani dans la politique étrangère du pays, a déclaré mardi le porte-parole du gouvernement.

“Nous pensons que ce vol de données est une conspiration contre le gouvernement, le système, l’intégrité des institutions nationales et aussi contre nos intérêts nationaux”, a déclaré Ali Rabii à des journalistes.

“Le président a ordonné au ministère du Renseignement d’identifier les agents de cette conspiration”, a-t-il ajouté, ajoutant que le dossier de l’interview avait été “volé pour des raisons évidentes”, sans donner plus de détails. Des médias à l’étranger, parmi lesquels le New York Times, ont diffusé ces derniers jours ce qu’ils ont présenté comme des extraits d’un enregistrement d’une conversation du ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, sans préciser comment ils les avaient obtenus.

D’après un extrait publié par le quotidien américain, le ministre a dit: “Dans la République islamique, le champ militaire règne. J’ai sacrifié la diplomatie au (profit) du champ militaire” alors que le “champ militaire” doit être “au service de la diplomatie”.

M. Zarif n’a pas commenté la controverse mais a publié mardi un bref message audio sur Instagram: “Je crois que vous ne devriez pas travailler pour l’histoire… Je dis ne vous inquiétez pas autant de l’histoire, mais inquiétez-vous de Dieu et du peuple”.

Lundi, le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, n’a pas nié l’authenticité de l’enregistrement mais déclaré qu’il avait été extrait d’une interview de sept heures qui comprenait des “opinions personnelles”.

Les propos divulgués ont provoqué de vives critiques de la part de médias et d’hommes politiques conservateurs, le cas du général Soleimani étant un sujet sensible.

Surnommé “l’homme des champs de bataille”, Qassem Soleimani a été tué dans une frappe américaine de drone à Bagdad en janvier 2020. Il était le chef de la Force Qods, chargée des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de la République islamique d’Iran.

Belga

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.