Isabel dos Santos, femme la plus riche d’Afrique : « je vendais des œufs de poule quand j’avais 6 ans »

Print Friendly, PDF & Email

Son père préside un pays, elle dirige un empire. Isabel dos Santos, fille du président angolais José Eduardo dos Santos, a été nommée le 2 juin à la tête du conseil d’administration de la Sonangol, la société nationale des hydrocarbures. En plus d’une fortune estimée, selon le magazine Forbes, à 3,3 milliards de dollars (3 milliards d’euros), celle que les Angolais surnomment la « Princesse » se retrouve aux commandes d’une société qui présentait un chiffre d’affaires de 40 milliards de dollars en 2013.

Lors de sa première conférence de presse, donnée dans la cafétéria de l’entreprise, la fille du président, âgée de 43 ans, s’est efforcée de rassurer« Nous sommes très attachés à la transparence et déterminés à améliorer les bénéfices », a déclaré la nouvelle présidente qui souhaite recentrer la firme exclusivement sur les hydrocarbures.

Isabel avait 6 ans lorsque son père est arrivé au pouvoir. Aujourd’hui, elle n’est pas que la fille d’un président milliardaire. Mariée au riche collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo avec qui elle a eu trois enfants, elle a la réputation d’être une « business woman » tenace et exigeante, sous des airs discrets. Née à Bakou (en Azerbaïdjan soviétique, où son père avait suivi des études d’ingénieur) d’une mère championne d’échecs, celle qui dit avoir une « vie normale » à Luanda a grandi à Londres, où elle a étudié l’ingénierie mécanique au King’s Collège. Dans l’une des rares interviews qu’elle a accordées, elle raconte au Financial Times en 2013, avoir toujours eu le sens des affaires. « Je vendais des œufs de poule quand j’avais 6 ans », confie celle qui rêverait que son histoire soit perçue comme une success-story.

C’est en rachetant, à 24 ans, un restaurant de Luanda que la « Princesse » ambitieuse a commencé sa carrière dans les affaires. Mais c’est en 1999 qu’elle a pris son envol en remportant un appel d’offres lui a permettant de contrôler Unitel, le premier opérateur de téléphonie mobile du pays. (…)

Extraits in Le Monde

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.