JO Brésil 2016: le rêve olympique devenu réalité de Sékou Kaba

Print Friendly, PDF & Email

Les Jeux olympiques de Rio prendront leur envol le 5 août, au même moment où Sekou Kaba sera en chemin vers le Brésil. Le spécialiste du 110 mètres haies ratera les cérémonies d’ouverture, mais il ne s’en fait pas pour autant. Il réalise son rêve en participant à ses premiers Jeux olympiques.

Les sacrifices ont été nombreux et les répétitions lassantes, depuis que Kaba a commencé dans cette discipline, en 6e année.

« Tu dois être un peu fou pour l’essayer, mais je l’ai essayé une fois et 13 ans plus tard, je continue », explique l’athlète de 25 ans.

Mais le résultat en vaut la chandelle, pour celui qui a remporté la médaille d’or aux Jeux de la Francophonie en 2013.

À Rio, il vise une participation à la finale. Il devra avoir à l’oeil les coureurs jamaïcains et américains en particulier. « Il n’y a que huit couloirs. Ça voudrait dire que je suis parmi les huit meilleurs au monde », mentionne Kaba.

Pour y arriver, il devra courir comme il l’a fait en 2015, sa meilleure saison en carrière. Il a terminé 22e aux Championnats du monde d’athlétisme à Pékin, en plus de réaliser son meilleur temps en carrière : 13,43 secondes.

Cette saison n’a pas été aussi facile, mais l’Ottavien assure qu’il peut rivaliser avec les plus grands athlètes.

« J’ai atteint le standard olympique l’an passé. Cette année, je devais être juste en forme. Au début de la saison, je ne l’étais pas vraiment. Mais je me suis bâti et pendant les qualifications olympiques, je me suis bien préparé », indique celui qui excelle particulièrement en fin de course.

sekou

coureur est né à Conakry, en Guinée, au sein d’une famille de sept enfants. Les Kaba ont quitté l’Afrique lorsque Sekou avait dix ans pour s’installer aux États-Unis.

C’est là que sa passion pour l’athlétisme prend son envol. Son développement se poursuit après son déménagement à Ottawa, où il s’entraîne avec les Gee-Gees de l’Université d’Ottawa et les Lions d’Ottawa, sous la gouverne de l’entraîneur Andy McInnis.

« Sekou ne laisse pas son égo prendre le dessus. Il est différent des autres coureurs lorsqu’il se présente aux blocs de départ », affirme McInnis.

Il aurait pu représenter son pays natal, mais l’encadrement des athlètes n’est pas ce qu’il est au Canada.

Après avoir obtenu sa citoyenneté canadienne en 2012, Kaba est fier de représenter l’unifolié.

 Je suis vraiment content d’être Canadien. Je veux bien représenter le Canada, ma famille et les Lions

-Sekou Kaba, athlète course de haies

Sa première course aura lieu le 15 août.

Source: ici.radio-canada

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.