Journée internationale des droits humains : l’association ‘’Tournons la Page’’ exige la libération des tenus politiques…

Print Friendly, PDF & Email

Face à la presse ce jeudi, 10 décembre, l’association ‘’Tourons la Page’’ a exigé au gouvernement la justice pour les victimes des manifestations sociopolitiques. C’était à l’occasion de la célébration de la journée internationale des droits de l’homme.

Cette association ‘’Tournons la Page’’ est un rassemblement des acteurs et d’organisations de la société civile africaine et européenne dont les objectifs sont la promotion des droits de l’homme, l’alternance démocratique et la bonne gouvernance en Afrique.

« Nous célébrons cette journée internationale des droits de l’homme en Guinée dans un contexte très difficile pour  des droits de l’homme et les défenseurs des droits de l’homme marqué par la privation de l’exercice des libertés individuelles et collectives au nombre desquels, les droits de manifestation et la liberté, d’aller et de venir d’une catégorie de personne. Ensuite, des arrestations arbitraires et kidnapping de centaine d’opposants et activistes de la société civile qui parfois, ne respecte aucune procédure de droits en la matière. En fin, de nombreux manifestants sont tués lors des différentes manifestations sociopolitiques à travers le pays, sans oublier la destruction des biens publics et privés », a rappelé Baillo Barry, président de la science.

A l’occasion de cette journée, l’association a exigé au gouvernement quelques préoccupations qui sont entre autres : « La justice pour les victimes de manifestations sociopolitiques, morts, blessés et ceux qui ont perdu leurs biens ; La libération de tous les détenus politiques et défenseurs des droits de l’homme ainsi que l’abandon de toutes les poursuites contre eux ; L’arrêt des arrestations et kidnapping arbitraires et harcèlement des opposants au régime ; La levée de l’interdiction de l’exercice du  droit constitutionnel qu’est la manifestation ; L’arrêt des harcèlements judiciaires contre les journalistes, les libres penseurs et citoyens », a souligné Baillo Barry.

Cette journée internationale des droits de l’homme célébrée chaque le 10 décembre fait suite à l’adoption en décembre1948, la déclaration universelle des droits de l’homme qui proclame les droits inaliénables de tout un chacun en tant qu’être humain sans distinction de race ni de couleur.

Rachidatou Bah (stagiaire)

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.