Justice : le juge ordonne la mise en liberté (provisoire) d’Elie Kamano…

Print Friendly, PDF & Email

L’ artiste et leader politique, Elie Kamano poursuivi pour des faits” de diffamation et d’injures publiques par le biais d’un système informatique”, à la requête de l’ex-président de la fédération guinéenne de football, Salifou Camara Super V sera situé sur son sort le 7 juillet prochain au tribunal de première instance de Kaloum. 
Appelé à la barre  pour son dernier mot après les plaidoiries et réquisitions, l’artiste a dit: “c’est à cause de ma prise de position pour mon peuple que je suis là aujourd’hui. Si monsieur Super V s’est senti outragé et diffamé par mes propos, je lui présente donc les excuses. Mais je continuerais à défendre Antonio Souaré contre vents et marées. Je ferai toujours des vidéos de prise de position pour M. Antonio Souaré mais en tant qu’intellectuel, je verrai l’angle dans lequel je placerai mes propos”.
Dans sa réquisition, le procureur a requiis un an d’emprisonnement contre le chanteur et le paiement d’une amende de 40 millions de francs guinéens. 
La partie civile, représentée par Me Dinah Sampil a demandé une réparation de 500 millions de francs guinéens. Et quant à la défense représentée par Me Salifou Béavogui, elle a rejeté les faits de diffamation et a plaidé coupable pour injures.
“Nous plaidons coupable pour injures. Et nous demandons au tribunal de le (Elie Kamano) dispenser de la peine. Pour l’amende, nous vous prions de lui accorder un franc symbolique”, plaide Me Béa. 
C’est après ces plaidoiries et réquisitions que le juge Mohamed Diawara a mis l’affaire en délibéré pour décision le le 07 juillet prochain. 
Elisa Camara

 +224654957322

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.