Kaba GUITER descend en flammes le PDG d’EBOMAF : ‘’ce qui l’intéresse, c’est de prendre l’argent et s’envoler’’

Print Friendly, PDF & Email

Après de graves accusations portées récemment contre sa société par le PDG d’EBOMAF (Mahamadou Bonkoungou, magnat burkinabè du BRP), Ansoumane Kaba, PDG de la société Guiter (la Guinéenne de Terrassement) a brisé le silence pour apporter des précisions ‘’claires’’ sur ce qui s’est réellement passé entre GUITER SA et EBOMAF SA, dans le cadre des travaux de construction des tronçons Kankan-Kissidougou et Kankan-Mandiana.

C’était à l’occasion d’une conférence de presse qui s’est tenue dans un réceptif hôtelier de la place, en présence de plusieurs hommes de médias.

A l’entame de son intervention, il a rappelé comment il s’est connu avec le patron d’EBOMAF en ces termes : « nous disons que le PDG de GUITER S.A a fait la connaissance de M. Mamadou Bonkoungou à travers la plus haute personnalité du pays déchue. Laquelle lui a demandé de bien vouloir accompagner EBOMAF dans la réalisation des projets susmentionnés qui lui tenaient à cœur. C’est ainsi qu’après de nombreux déplacements, les travaux techniques préliminaires réalisés sur le terrain avec le concours de toutes les parties, précédés bien entendu des démarches administratives, une entente librement consentie a été conclue en GUITER SA et EBOMAF SA en vue de la mise en place d’un groupement. Dans ledit groupement, 49% des parts revenaient à la première (GUITER) et 51% à la seconde (EBOMAF) ». Et de préciser : « contrairement aux allégations mensongères du sieur Mahmadou Bonkoungou, à la signature du premier contrat respectivement de 305 millions d’euros pour le tronçon Kankan-Kissidougou et 184 millions d’euros pour celui de Kankan-Mandiana, les compétences de GUITER en matière des BTP n’étaient plus à démontrer sur le terrain. Un premier grand projet Macenta-Konsankoro concrétisé sur financement USAID en 1995 était là depuis pour en témoigner éloquemment. En 2013 à la rencontre avec EBOMAF, GUITER évoluait déjà sur le terrain depuis 24 longues années. Et aujourd’hui, GUITER a 32 ans d’existence. »

Poursuivant, il fera savoir qu’au cours de son show médiatique livré à Ouagadougou, au Burkina Faso, « très loin du terrain des opérations, le PDG d’EBOMAF a expliqué que c’est GUITER SA qui aurait entravé la poursuite correcte de l’exécution de son projet Kankan-Kissidougou. La direction générale de GUITER s’inscrit en faux contre cette allégation. Fort heureusement, le ministre de l’Economie et des Finances de l’époque, l’Administration et Contrôle des Grands Projets et le ministre d’Etat des travaux publics d’alors sont encore de ce monde, ainsi que d’autres acteurs majeurs. C’est en fait une mission des institutions de Bretton Woods (FMI-Banque Mondiale) qui a émis des réserves sur la bagatelle de près de 500 millions d’euros par les deux projets qui devaient bénéficier de garantie BCRG à la première demande… »

Dans la réalité, poursuit le patron de GUITER SA, « nous avons pris toutes les précautions et c’est ça l’expérience. Quand nous, nous avons signé le contrat, il y a eu deux contrats (tranche ferme et tranche optionnelle). Puisqu’il (PDG d’EBOMAF) se fait connaisseur, ce qui l’intéresse, c’est de prendre l’argent et s’envoler. Nous, nous avons pris la précaution de doter notre contrat de liens entre la tranche ferme et la tranche optionnelle… »

Youssouf Keita

+224 622285400

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.