Kabèlè soutient Dalein : ‘’nous souhaitons que le gouvernement-là se ressaisisse’’

Print Friendly, PDF & Email

Aux côtés du président de l’UFDG qui était en conférence de presse ce jeudi, le président du RGD, Abdoul Kabèlè Camara, candidat malheureux de la présidentielle du 18 octobre dernier, a dénoncé le non-respect selon lui des procédure d’arrestation des citoyens. Il parle de violation des droits de l’homme et explique la démarche que devraient adopter les acteurs en charge de l’appareil judiciaire.

« Aujourd’hui, nous sommes face à la violation des droits et libertés. Hier, face aussi à une république forte, je me suis levé contre de telles pratiques. Aujourd’hui, je ne peux pas rester indifférent. C’est pourquoi, je suis aux côtés de mon frère, de son parti, et des partis alliés qui l’ont soutenu durant ce processus électoral. Je suis là pour apporter tout mon soutien, et dire que le pays ne doit pas évoluer de cette manière. Qu’allons-nous laisser aux générations futures quand on sait que nous sommes dans le cas d’espèce face à une dictature ? Les gens sont arrêtés, on ne sait comment, on va à leurs domiciles… Même quand un juge d’instruction est saisi, la première convocation est juste pour se présenter devant le juge. S’il ne se présente pas à la date indiquée mais, celui qui a mandat d’accomplir le mandat rogatoire, rencontre le juge qui l’a mandaté et demande à ce qu’il franchisse un second degré. Un mandat de comparution peut être devant le juge qui le renverra devant la police judiciaire, et ensuite un mandat d’arrêt.  Mais, sans accomplir aucune procédure légale, on va directement chez quelqu’un pour le prendre dans a famille, on le Kidnappe pour l’envoyer directement à la police judiciaire. Ça, ce sont des choses regrettables. Les lois de procédure pénale sont d’ordre public. On ne peut pas les violer. Nous souhaitons que le gouvernement là se ressaisisse », a dit l’ancien ministre.

Plus loin d’indiquer : « nous avons des exemples à côté de nous. Le président Ouattara a été proclamé vainqueur par le conseil constitutionnel de la Côte d’Ivoire, il a fait une déclaration publique en homme d’Etat, invitant les opposants à se joindre à lui à une rencontre. Hier, nous avons tous vu sur les écrans, le président Ouattara et le président Bédié devant la presse pour dire qu’ils ont brisé le mur de glace. Cela a été un indice très fort pour ramener le calme et la stabilité dans le pays… »   

Mohamed Cissé  

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.