Connect with us

Societé

Kadiatou Bah de l’autre SLECG qualifie Soumah et Cie de ‘’diables’’ et demande ‘’au gouvernement de ne plus céder au populisme de ces troubadours’’ (déclaration) 

Le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) version Kadiatou Bah a brisé le silence dimanche après la menace de fermeture des classes la semaine prochaine par Aboubacar Soumah pour non-respect du protocole d’accord’’.

Dans une déclaration rendue publique ce jour, les partisans de Kadiatou Bah ont appelé les enseignants à la retenue et invité le gouvernement à ne plus céder aux avances des syndicalistes désireux, selon elle, de perturber les cours. Les mots sont durs…

 »Le bureau exécutif national du SLECG tirant les leçons du brouhaha inutile et des vociférations sans venin entourant cette déclaration de retrait du processus de recensement,

Invite les respectables enseignants et chercheurs de Guinée à la retenue et à la compréhension, mesurant les méfaits des griffes de Satan et la hantise sous lesquels ces diables veulent les conduire alors qu’ils sont incapables de produire le moindre résultat pour leur bien-être. Qu’ils comprennent que toute cette lutte vouée à l’échec est une entreprise fomentée par un clan de gens sans foi ni loi. 

Le Bureau Exécutif du SLECG Invite les parents d’élèves à comprendre que celui qui sabote l’éducation et la formation de leurs enfants ne peut en aucune façon être leur ami. Car, nous investissons tous dans la progéniture, dans l’espoir qu’elle réussisse et nous prennent en charge pendant nos vieux jours.

Il demande au gouvernement de ne plus céder au populisme de ces troubadours préparés pour perturber les grandes réformes engagées dans le système éducatif. Ils ne représentent rien sur l’échiquier syndical guinéen. 

Ces gens ne sont pas enregistrés, ils ont presque tous obtenu leurs diplômes sur des tables devant le Ministère de la fonction publique. Ce sont tout simplement des opportunistes et des affairistes obnubilés par l’argent qu’ils cherchent par tous les moyens. 

Le mensonge ne peut longtemps prospérer, heureusement qu’ils n’avaient fait grever que 12 pour cent des enseignants, ce qui sera impossible aujourd’hui. » 

Mohamed Cissé 

+224 623-33-83-57

 

Print Friendly, PDF & Email
Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter