Kalémodou Yansané, VP/UFDG : « nous sommes prêts à dialoguer même avec le diable… »

Print Friendly, PDF & Email


Lors de l’Assemblée Générale de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) d’hier samedi  le vice-président de cette formation politique, Kalémodou Yansané a fait savoir que la formation politique à laquelle il appartient n’exclut pas de dialoguer même avec le diable si et seulement si, c’est pour le bonheur des Guinéens. Avant de rappeler que l’UFDG -parti de Cellou Dalein Diallo- n’a des comptes à rendre à personne à part ses militants. 
Poursuivant, ce vice-président (VP) de l’UFDG a devant les militants et responsables mobilisés au siège de l’UFDG à la Minière réitéré qu’ils sont résolument engagés à obtenir justice par tous les moyens légaux pour toutes les victimes.

« L’Ufdg est un parti rassembleur, un parti de rassemblement. Nous sommes prêts à dialoguer même avec le diable si c’est l’unité de la Guinée, le bonheur des Guinéens. Heureusement nous n’avons pas encore dialoguer avec le diable. Nous sommes en train de parler avec des Guinéens, avec nos parents, nos amis, nos collaborateurs guinéens. Les décisions que l’Ufdg prend, nous devons rendre compte à personne si ce n’est à vous. Nous rendons des comptes aux militants de l’UFDG qui nous font confiance. Soyez rassurés que la Direction du parti peut se tromper mais elle ne va jamais vous trahir. Retenez une seule chose. Nous n’oublierons jamais les victimes de l’Ufdg. Il y a des victimes à Zogota, à Womey, à N’Zérékoré, à Conakry, à Galakpay. Ces victimes là ne seront véritablement réhabilitées que lorsque l’UFDG sera au pouvoir. On ne peut plus réveiller les morts, mais il faut les réhabiliter, il faut réparer le tort depuis 2009, l’affaire du stade du 28 septembre. L’Ufdg usera de tous les moyens légaux pour parvenir et rétablir les victimes dans leurs droits et amorcer notamment le développement du pays, rassembler les Guinéens. Nous continuons le rassemblement des filles et fils de Guinée qui ne sont pas d’accord sur des transitions trop longues. Ceux qui ont accepté des transition trop longues, nous allons essayer de les convaincre qu’ils ont tort », a-t-il conclu.
Mamadou Yaya Barry 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.