Kankan : après les manifs, reprise des cours pour les classes intermédiaires

Print Friendly, PDF & Email

Conformément au calendrier établi par le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation, la reprise des cours pour les classes intermédiaires qui a été effective mardi 1er septembre 2020 sur toute l’étendue du territoire national, a été fortement impactée dans la commune urbaine Kankan par des mouvements de manifestations qui ont secoué la ville. 

C’est ce mercredi 2 septembre 2020 que les cours ont effectivement démarré dans les différentes écoles publiques et privées de la place. Rencontré ce jeudi dans son établissement, N’Faly Sidibé, proviseur du lycée Almamy Samory Touré, se dit très content de voir les élèves reprendre le chemin des classes.

« Je suis très content et à l’aise ce matin, après ce long silence, les élèves ont finalement retrouvé le chemin des écoles. Ça n’a pas été facile, mais aujourd’hui il faut saluer le gouvernement pour les efforts consentis pour cette réouverture des classes. Il y a de l’ambiance dans la cour, les élèves sont là en grand nombre, les professeurs sont là et les cours se déroulent à merveille », précise-t-il.

Namory Doumbouya, enseignant de CE1 au GSP Emmanuel, ne cache pas sa joie de retrouver ses élèves en classe. Il espère tout de même boucler le programme en ce mois.

« La reprise a été perturbée par des manifestations, mais hier on a repris, l’engouement est de taille, mes élèves sont venus massivement donc c’est une joie pour moi de retrouver mes élèves en classe et d’étudier. Nous comptons achever le programme à la fin de ce mois », dira-t-il.

Kaba Kanté, élève de 11ème année au lycée Almamy Samory Touré, très ravi pour cette reprise, invite ses camarades à rallier à l’école comme lui.

« Ce petit moment de confinement nous a beaucoup touchés. Quand je vois la reprise aujourd’hui, c’est très bien, le fait de voir que nous sommes revenus ici à l’école m’a beaucoup fait plaisir, je suis vraiment époustouflé. L’appel que je peux lancer à mes amis qui disent qu’il n’y a pas cours ou qui refusent de venir à l’école, je les appelle à venir à l’école car le futur se prépare maintenant », enseigne-t-il.

Partant d’un constat fait dans les quelques établissements sillonnés, les mesures barrières sont ignorées, notamment le port de masque, le lavage des mains, la distanciation sociale et autres.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.