Kankan : ARMP et UCEP poursuivent la vulgarisation du code révisé des marchés publics et ses textes d’application

Print Friendly, PDF & Email

Après l’étape de Labé, l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) et l’Unité de Coordination et d’Exécution des Projets (UCEP) poursuivent la conduite des ateliers de vulgarisation du code révisé des marchés publics et ses textes d’application.

Kankan est la deuxième étape de cette mission réunissant les directeurs régionaux des marchés publics, les secrétaires généraux des collectivités décentralisées et des directeurs de micro réalisation (DMR) venus différemment des régions administratives de Faranah, N’zérékoré et de Kankan où s’est tenu cet atelier.

Les activités sont financées par la Banque Africaine de Développement (BAD) à travers le Projet d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes et à la Formalisation des Entreprises (PAMORIFE), qui accompagne le Gouvernement guinéen dans l’organisation de ces ateliers régionaux d’information et de vulgarisation du code révisé des marchés publics et ses textes d’application. L’Unité de Coordination et d’Exécution des Projets (UCEP), sous la tutelle du Ministère de l’Economie des Finances et du Plan assure la mise en œuvre dudit projet.

Le Directeur de cabinet du Gouverneur qui a présidé l’atelier en la personne d’Almamy Simbala Camara, a profité du discours du modérateur en soulignant que toutes les questions difficiles relatives à la gestion d’un certain nombre de contrats publics au niveau des collectivités seront mises sur table. Dans le même ordre d’idée, le représentant du Gouverneur a rassuré les vulgarisateurs qu’une participation effective à cette mission ne manquera pas.

Pour la circonstance, Monsieur Moussa Iboun Conté, en sa qualité de porte-porale du Conseil de Régulation de l’ARMP dont il est également membre, est revenu sur les prérogatives dévolues aux missions et objectifs de l’ARMP et du Conseil de Régulation dans le cadre précis de la vulgarisation, s’agissant de quelle doit être la vision de son institution, avant de revenir sur le caractère tripartite du Conseil de Régulation des Marchés publics, composé de neuf (9) membres, dont trois (3) de l’administration, trois (3) du secteur privé et trois (3) des organisations de la société civile.

Le Directeur général de l’ARMP, Monsieur Lamine Minos Camara, est pour sa part revenu longuement sur les points qui ont prévalu la réforme du code des marchés publics en indiquant aux participants le rôle désormais dévolu à chaque structure de la commande publique, c’est le cas en tout premier (i) de la responsabilisation effective des autorités contractantes (ministères et autres…) qui passent désormais les marchés en lieu et place de la Direction nationale des marchés publics; (ii) la création de la nouvelle Direction nationale du contrôle des marchés publics (DNCMP) placée sous la tutelle du Ministère de l’Economie, des Finances et du plan qui assure le contrôle a priori et à postériori de toutes les procédures de passation au niveau des autorités contractantes ; (iii) l’Autorité de Régulation des marchés publics (ARMP) comme son nom l’indique s’occupe de la régulation indépendante du système de la commande publique. Par ailleurs, le code révisé prévoit le retour de la redevance de régulation au sein de l’ARMP en vue d’assurer pleinement son rôle dans la commande publique.

La représentante du Coordonnateur de l’Unité de coordination et d’Exécution des Projets (UCEP), Mme Keita née Aissatou Bah a mis l’accent sur le renforcement des capacités des acteurs à travers les nouvelles dispositions du nouveau code des marchés publics qui s’avère selon elle nécessaire quant à la maîtrise parfaite de la nouvelle réglementation de la commande publique et qui motivent les partenaires techniques et financiers en l’occurrence la Banque mondiale et la BAD à accompagné la Guinée à travers le financement des projets confiés à l’UCEP.

Il convient de rappeler que des participants à cet atelier de vulgarisation, ont rassuré les missionnaires (ARMP – UCEP) qu’ils continueront à faire la restitution au niveau de leurs localités respectives pour que les vieilles pratiques, disent-ils, cessent au sein du système de passation des contrats publics.
Par ARMP – UCEP

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.