Kankan : des citoyens se plaignent du  prix des médicaments dans les pharmacies agréées

Depuis la fermeture des points de vente non agréés de médicaments et autres produits de santé, les citoyens de Kankan ont du mal à se procurer des médicaments. Dans les pharmacies où ils en trouvent, ces produits se vendent à prix d’or. Une situation qui ne laisse pas certains consommateurs indifférents qui appellent le chef de l’Etat à interpeller ces pharmaciens pour revoir  à la baisse les prix ou au cas échéant ouvrir les boutiques non agréées, rapporte notre correspondant basé dans la localité.

La fermeture des points de vente de produits pharmaceutiques non agréés, impacte à plus d’un titre les citoyens de la commune urbaine de Kankan. Ils sont obligés de débourser plus d’argent que d’habitude pour soigner leurs maux. Alhassane Condé confie : « Les pharmaciens agréés pensent que c’est maintenant ils peuvent s’enrichir sur le dos de la population. Nous on ne peut même pas acheter leur médicament parce qu’on n’a pas assez d’argent. Les médicaments qu’on pouvait acheter chez les pharmaciens non agréés à 3.000fg ou 4.000fg, chez eux ils vendent ça à 15 000fg 20 000fg, c’est anormal il faut que l’Etat veille sur ça, parce qu’il y a assez de malades, même moi qui parle présentement là je ne me sens pas bien, mais si je n’ai pas assez d’argent pour aller dans les pharmacies agréées, comment je pourrais guérir. »

Ismael Camara et son frère ont failli être victimes d’une sorte d’arnaque de la part du gérant d’une pharmacie agréée, qui leur a vendu un produit à un prix hors norme. Il a fallu une revendication pour que le reste de leur argent leur soit restitué :  » Ce matin quand mon frère m’a dit d’accompagner sa femme au centre de santé j’ai dit non, qu’il doit partir lui. Quand il est allé on l’a chèrement facturé, il est venu me dire ça j’étais choqué. On est retourné ensemble à la pharmacie, ils disent que les produits sont chers, on a revendiqué et le montant qu’ils avaient retiré à mon frère, ils m’ont remis le reste de cet argent, c’était 60 000fg. Ils avaient payé 160 000fg pour avoir une bouteille de sérum. »

Cette situation ne peut plus durer, estime Alhassane Condé qui tire la sonnette d’alarme :  » Je lance un appel au président de la République, de faire venir ses hommes sur le terrain pour veiller sur les pharmacies agréées, les gérants doivent vendre au même prix que d’habitude, dans le cas contraire ils n’ont qu’à fermer aussi parce qu’ils ne sont pas là pour appauvrir la population. »

Pour rappel, les pharmacies agréées ne sont qu’une dizaine dans la commune urbaine de Kankan.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.