Kankan : des citoyens s’insurgent contre des coupures intempestives du courant dans les foyers

Print Friendly, PDF & Email

La ville de Kankan, 2è ville de la Guinée, a renoué depuis des semaines avec ses délestages récurrents du courant électrique. Une situation qui provoque aujourd’hui l’ire des citoyens. C’est le cas par exemple de cette jeune élève qui, parallèlement à ses études revend de l’eau glacée pour subvenir à ses besoins.

« L’EDG nous dérange à l’heure-là. Chaque fois ce sont des va-et-vient. Parfois, nous qui sommes les vendeuses d’eau, nos eaux ne se glacent pas et ce sont des pertes que nous enregistrions tous les jours. Donc, EDG là, on en a marre maintenant. Si on pouvait changer le système, c’est très bon mais actuellement on souffre énormément », lâche-t-elle.

Même son de cloche chez Fatoumata Kourouma qui, à son tour, a boudé le chemin de l’école pour son petit commerce. « A l’heure actuelle, si on achète le dindon, le courant ne vient pas et on perd beaucoup d’argent. Pourtant Kankan, c’est la deuxième capitale de la Guinée. Si le courant ne vient pas ici régulièrement comment on peut expliquer ça? »

Pour Mamadi Kaba, élève de la terminale sciences sociales, ces coupures intempestives du courant perturbent régulièrement son programme de révision. « Même nous les élèves, on n’arrive pas actuellement à réviser par manque de courant. Nous demandons aux autorités de nous aider à avoir le courant régulièrement parce que actuellement, les élèves sont beaucoup fatigués et bientôt les examens et surtout moi je fais la terminale et on n’arrive plus à réviser »

Alpha Condé, lui est un diplômé sans emploi. Il gère actuellement un télécentre en attendant qu’il ne trouve un autre boulot. « EDG, ça vient ça part. Des fois, dans l’intervalle d’une heure, ça peut se couper deux trois ou voire même quatre fois. »

Selon lui, ce délestage récurent du courant ne dépend nullement des travailleurs d’EDG. C’est pourquoi, il lance un appel pressant à l’endroit de l’Etat.

« Pour ces coupures, moi, je ne peux pas accuser les travailleurs d’EDG parce que les moteurs ne peuvent nullement alimenter en courant une grande ville comme Kankan. Je lance un appel pressant à l’endroit de l’Etat afin qu’il puisse nous aider à trouver le barrage pour nous sortir de ce délestage récurent du courant. »

A rappeler que le Président de la République a offert récemment des groupes électrogènes d’une capacité de 10 mégawatts. Selon des sources concordantes, ces groupes ne sont pas jusque-là mis sur le réseau pour la desserte en électricité de la cité d’Elhadj Fanta Mady Chérif comme cela avait été annoncé par le donateur.

En attendant la réaction de l’autorité compétente face à ce délestage aigu du courant, la population de la cité d’Elhadj Fanta Mady Chérif continuent dans le noir.

Alpha Oumar Koita, depuis Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.