Kankan : la grève des enseignants suivie dans la quasi-totalité des écoles de la ville, ce mercredi

Print Friendly, PDF & Email

La plupart des enseignants du lycée Morifindjan Diabaté, l’une des plus grandes écoles publiques de la commune urbaine de Kankan, 2è ville de la Guinée, ont observé ce mercredi 21 février le mot d’ordre de grève lancé le 12 février dernier par une frange du SLECG dirigée par Aboubacar Soumah. Mécontents de cette absence des enseignants dans les salles de classe, les élèves ont aussitôt envahi la direction de l’école avant d’atteindre les autres établissements d’enseignement secondaires publics et privés de la ville en perturbant les cours.

Le lycée 3 avril a été la première école à payer les frais de cette colère des manifestants qui ont procédé au jet de pierres dès leur arrivée aux alentours de la cour de l’école. Une situation qui a aussitôt semé la panique au sein des élèves en les poussant à abandonner les cours pour se sauver, a dit Moussa Gillavogui, proviseur dudit lycée.

Au lycée-collège Marien N’Gouaby, c’est le même son de cloche. Là, les responsables de l’établissement, une fois informés du débrayage survenu dans les autres écoles du centre-ville, ont aussitôt libéré leurs sujets pour éviter des heurts, a confié Kassime Keïta alias Kolos, proviseur de ladite école.

Dans les autres établissements visités par notre correspondant sur place notamment les lycées Alpha Yaya Diallo, Almamy Samory Touré, Kadi Kaba, Morifindjan Diabaté, le collège Kankan-Coura et le G.S.P Saint Jean, partout le constat révèle que les élèves, enseignants et encadreurs avaient tous créé le vide.

A rappeler que c’est la première fois, depuis son lancement le 12 février dernier par le S.L.E.C.G version Soumah que la grève soit suivie par la majeure partie des écoles publiques et privées de la ville de Kankan.

Alpha Oumar Koïta, correspondant à Kankan

(+224) 622-16-07-20

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.