Kankan : la police met le grappin sur deux présumés bandits de grand chemin

Alors que les attaques à mains armées et vol à répétition d’engins roulants se multiplient dans la commune urbaine de Kankan, la direction régionale de sûreté vient de mettre le grappin sur un duo de présumés bandits. Il s’agit de Demba Condé, maître tapissier et Kalou Traoré mécanicien, tous les deux résident au quartier Sinkèfara en haute banlieue du Nabaya.

Ils ont été présentés à la presse ce mardi 24 janvier 2023 dans les locaux de la direction régionale de sureté au quartier Korialen. Ces deux compagnons d’infortune utilisent un mode opératoire qui consiste à repérer un individu, à le suivre à distance à l’aide de leur moto, puis au moment propice, braquer la victime à l’aide d’un pistolet, s’emparer de sa moto et prendre la poudre d’escampette.

Sorigbè Camara, une des victimes explique comment il s’est fait voler sa moto TVS ROCK : « J’étais sur ma moto à Sinkèfara quand j’ai remarqué que deux jeunes étaient entrain de me poursuivre, donc je me suis arrêté et aussitôt un des deux est descendu et a sorti une arme à feu pour me menacer. Il m’a dit que si je ne laisse pas ma moto qu’il va me tirer dessus, donc je n’ai pas pris de risque j’ai laissé la moto et ils l’ont emporté. »

Selon le directeur régional de la police, ces suspects seraient impliqués dans cinq cas de braquage dans les quartiers Sinkèfara, Bordo et Missira en l’intervalle du 16 décembre 2022 au 20 janvier 2023, mais les mis en cause réfutent ces accusations et précisent qu’ils ne sont concernés que par deux opérations, dont le dernier concerne le vol à main armée de la moto d’une jeune fille, ce pour lequel d’ailleurs leur réseau a été démantelé : 

« On a vu une fille passée sur sa moto TVS Neo toute neuve, mon ami l’a arrêté et lui demandé de nous donner son numéro, la fille a refusé et elle est partie. On est resté là-bas à l’attendre, quand la fille est repassée mon ami l’a de nouveau arrêté, la fille était effrayée donc elle est descendue de la moto, mon ami lui a sommé de donner la moto, la fille a directement obtempéré. Moi j’ai pris la moto sur laquelle on est venu et mon ami a pris celle de la fille on est parti chez lui à Sinkèfara. »

En plus nier le fait d’être les coupables des cinq braquages énumérés ci-haut, ces deux présumés bandits ont également balayé d’un revers de la main les propos des victimes concernant l’usage d’arme à feu lors de leurs différentes opérations.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.