Kankan : l’an 73 de l’écriture N’ko célébré par les disciples du savant Solomana Kanté

Print Friendly, PDF & Email

Les adeptes de l’écriture N’ko à Kankan, 2è grande ville du pays, ont célébré ce jeudi, 14 avril, le 73ème anniversaire de cette écriture africaine, créée en 1949 à Bingerville, en Côte d’Ivoire par le savant guinéen Solomana Kanté.

C’est la salle de conférence de la radio rurale de Kankan qui a servi de cadre à cette célébration, placée sous le thème :  » Reconnaissance des efforts fournis par Solomana KANTE et matérialiser sa participation à l’émergence du monde, autrefois identifié un monde sans âme, sans civilisation, sans culture ni histoire parce qu’il était sans écriture », qui a réuni la quasi-totalité des disciples du créateur de l’écriture N’ko Solomana Kanté.

« La cérémonie festive à laquelle vous avez été invités, est l’anniversaire de l’invention de l’écriture N’ko par le grand Scientifique SOLOMANA KANTE ce jeudi 14 Avril 2022. Il est de même fêté, dans les autres coins à travers le monde. Kankan ne doit pas rester indifferent, car c’est ici est né ce grand savant et scientifique. Depuis sa création, le N’ko a connu des avancés sur le plan artistique et littéraire, sur le plan social et scientifique, philosophique et économique, qui n’a jamais été et ne sera jamais empéché de rayonner à travers le monde », dit la déclaration lue par Bassabaty Sidibé.

Cet alphabet est composé de Vingt-sept (27) lettres dont sept (7) voyelles, dix-neuf (19) consonnes et une semi-voyelle. Aujourd’hui, il est enseigné dans une dizaine d’instituts et universités à travers le monde notamment en Égypte, aux États-Unis, en France, au Mali et en Guinée. Mais force est de constater que malgré que son créateur soit guinéen, le N’ko peine à rayonner en Guinée. Une problématique pour ses adeptes, qui interpellent le Colonel Mamady Doumbouya à le vulgariser :

« Dans un monde de paix, de stabilité de cohésion sociale pour le développement durable, le N’ko n’a jamais cesser de jouer le rôle, qui lui est dévolu depuis sa création dans la société, il serait donc nécessaire, de rappeler le Président de la République, Colonel Mamadi Doumbouya et son gouvernement de porter le regard sur les langues nationales, dans le but de participer à l’instauration et la pérennisation de la paix en république de Guinée et dans le monde. C’est en ce sens que nos peuples dans leur cheminement, aux différentes époques, aussi bien dans leur relation voisinage, n’ont su s’opposer au bouclier du dialogue pour une paix durable en Guinée », ajoutent les disciples.

Les promoteurs et vulgarisateurs de l’écriture N’ko à Kankan, à l’image de Nanfo Ismaël Diaby (l’imam qui dirige les prières en langue maninka),
évoluent dans plusieurs domaines notamment l’enseignement, la médecine traditionnelle entre autres.

Pour rappel, en 2020, alors que le Coronavirus virus venait de faire son apparition sur le sol guinéen, un tradipraticien N’ko nommé Mamoudou Kotéban Camara a, après recherche, affirmé avoir trouvé le vaccin (en médecine traditionnelle) contre le Covid-19, mais cette information n’a pas été prise au sérieux par les autorités sanitaires d’alors.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan
623 77 06 09

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.