Kankan : le mouvement pour l’électrification de la Haute Guinée aurait-il été soudoyé pour arrêter définitivement les manifs ?

Print Friendly, PDF & Email

Dans une déclaration lue par son chargé de communication dans les locaux de la préfecture le samedi 5 septembre dernier, le mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute Guinée, a décidé d’arrêter définitivement les manifestations de rue. Cette décision est survenue après une longue concertation avec le Sèdè Diamanadiaya N°4. 

Suite à cette décision, plusieurs personnes affirment que les jeunes du mouvement auraient reçu de l’argent de la part du Sèdè (classe d’âge ndlr) pour sursoir définitivement à leurs manifestations de rue. Pour apporter un démenti à ces allégations, les leaders dudit mouvement et le Sèdè en question, ont organisé dans la soirée de ce mercredi 09 septembre 2020, une conférence de presse au domicile du porte-parole du Sèdè Diamanadiaya N°4.

« L’objectif de cette conférence de presse est simple. Comme vous le savez, depuis le début de cette crise on a entendu beaucoup de choses. Certains disent que le Sèdè a donné de l’argent aux jeunes pour qu’ils arrêtent leurs manifestations. Donc c’est une manière de démentir cela, et dire à la population que ces jeunes qui sont avec nous, se sont battus pour Kankan. Ce n’est pas parce qu’ils veulent de l’argent, s’ils voulaient de l’argent, il y a des personnes qui leur ont proposé jusqu’à 500 millions, ils ont refusé. La preuve est que quand ils ont reçu de l’argent pour leur transport pour aller voir le site du barrage, ils ne se sont pas partagé l’argent, ils ont acheté des bouilloires pour les mosquées. Donc ça doit être une preuve pour la population de Kankan que ces jeunes-là ne se sont pas battus pour leurs intérêts personnels. Donc il était question de démentir qu’ils n’ont pas reçu de l’argent avec le Sèdè », a dit Youssouf Kaba, membre de la commission d’organisation du Sèdè Diamanadiaya N°4.

Ousmane M’Bia Kaba, président du mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute Guinée dit avoir refusé plusieurs propositions venant des personnes qui voulaient le corrompre et faire taire leur mouvement, mais ajoute avoir refusé.

« Le mouvement n’est pas arrêté mais ce sont les manifestations de rue qui sont arrêtées. Cela a été fait à cause du Sèdè, parce que le Sèdè est quelque chose d’emblématique chez nous, tous les Sotikèmö (Patriarches) qui sont passés étaient dans les Sèdès, nous-mêmes nous sommes dans les Sèdès, le Sèdè est une grande chose à Kankan, tous les sages sont dans les Sèdès donc si tu respectes le Sèdè, ça veut dire que tu les as tous respectés. Le Sèdè ne nous a pas donné d’argent, parce que certains parlent d’argent, il y a des personnes qui nous ont fait beaucoup de propositions pour qu’on fasse taire le mouvement mais on a refusé. Ils nous ont dit de donner des personnes pour les intégrer dans l’armée. De l’argent nous a été proposé, d’autres ont proposé 50 millions d’autres 80 millions, ils ont proposé des voitures mais on a dit qu’on n’en veut pas, qu’on ne veut que du courant pour la Haute Guinée. Ils nous ont dit aussi d’envoyer des personnes pour les intégrer à la fonction publique mais nous avons refusé parce que ce n’est pas cela la cause de notre mouvement. Ceux qui disent qu’on a reçu de l’argent, ce sont eux aussi qui ont dit que l’opposition nous a donné de l’argent pour qu’on manifeste, ce sont les mêmes qui disent aussi qu’on nous a donné de l’argent pour qu’on arrête les manifestations », a-t-il relaté.

A noter que les personnes arrêtées au cours de leur dernière sortie à la date du 1er septembre ont tous été libérées.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.