Kankan : le coup de sang des conducteurs de taxi-moto contre la police, accusée de la mort d’un bébé

Print Friendly, PDF & Email

Ce lundi, à Kankan, plusieurs jeunes, en majorité des conducteurs de taxi-moto, ont manifesté contre la police accusée d’avoir occasionné la mort d’un bébé dans un accident de la route.

Tout est parti d’un accident qui s’est produit au quartier Kabada 2, près de la mosquée Lamine Cissé. A la base de cet accident, l’excès de vitesse d’un taxi-moto qui était poursuivi par pick-up de la police pour non-respect du port de masque. Selon des témoins, le pick-up aurait fait renverser le taxi-motard qui avait pour passager une femme et son bébé de trois mois.

” Le pick-up poursuivait le taxi. Arrivé ici (au niveau du témoin), le taxi était si coincé qu’il est tombé. Le pick-up, en revenant en arrière, a roulé sur la tête du bébé. Quand cela s’est produit, un des policiers est descendu du Pick-up, il a pris la femme et l’enfant et ils sont partis avec eux », nous a raconté un témoin qui a requis l’anonymat.

Quelques minutes après ce drame, tous les jeunes conducteurs de taxi moto se sont levés pour se diriger vers les carrefours où se trouvaient les policiers. Ceux-ci ont pris la fuite. Les taxi-motos se sont donc dirigés vers le commissariat central de police de Kankan, situé dans le quartier Missira. Au commissariat, des rixes ont opposé policiers et taxi-motards. Il a fallu l’intervention d’un pick-up rempli de militaires, venu du camp militaire Soundjata Keita, pour disperser les manifestants. Au moment où nous quittions les lieux, manifestants et policiers échangeaient jets de pierre contre jets de gaz lacrymogène.

« Vraiment cette affaire de bavettes nous a fatigués. Toute cette situation de ce lundi est la faute du Président de la République. Puisque si tu dis à un policier de prendre 50 000 fg avec les gens, il va forcément te poursuivre pour avoir sa dépense », estime un manifestant.

A noter que cette manifestation intervient alors qu’une autre est prévue pour ce mardi 1er septembre 2020 par le Mouvement citoyen pour l’électrification de la Haute Guinée.

De Kankan, Ahmed Sékou Nabé pour Médiaguinée

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.