Kankan : les malfrats attaquent un jeune, emportent moto, téléphone et 450 dollars

Print Friendly, PDF & Email

L’insécurité est devenue de nos jours monnaie courante à Kankan. Dans la nuit du mardi à mercredi, deux bandits ont attaqué un jeune au quartier Salamany, dans la commune urbaine de Kankan, emportant ainsi tous ses biens avant de le frapper à mort et laissant à terre. La victime Sory Condé, résidant au quartier ex-aéroport revenait d’une boîte de nuit à 3 heures du matin lorsqu’il est tombé sur ces deux hommes, qui apparemment l’attendaient pour l’attaquer avec un fusil. Il dit avoir perdu sa moto, son téléphone et une somme de 450 dollars américains (4 000 000FG environ).

“Je revenais d’une boîte de nuit à 3 heures du matin au niveau du bas-fond du quartier Salamany, deux personnes étaient arrêtées dans un coin, ils ne m’ont peut-être pas vu quand je partais, maintenant à mon retour ils étaient toujours là-bas. Quand je suis arrivé à leur niveau sur ma moto, l’un est sorti avec un bâton et m’a frappé sur la main. Parmi eux, un des gars avait une tenue semblable à celle des militaires, il avait aussi le visage couvert, alors j’ai arrêté la moto et j’ai couru pour aller dans un four, ils m’ont poursuivi là-bas et ont dit aux boulangers que ce sont eux qui font la patrouille nocturne, que ceux-là n’ont qu’à me laisser, eux ils vont m’emmener au camp. Comme il a dit cela, moi-même j’ai été rassuré et je les ai suivis, on est partis. Arrivés plus loin devant, ils m’ont demandé ma pièce d’identité, je l’ai fait sortir, ils m’ont dit encore de leur donner mon téléphone, je leur ai donné, ils m’ont dit aussi de faire sortir autres choses que j’ai, j’ai fait sortir 2 500 fg que j’avais sur moi et je leur ai remis. Ils m’ont dit que j’ai autre argent sur moi, de le faire sortir, j’ai dit que je n’avais plus rien. Comme ils avaient une arme, ils m’ont menacé avec ça, donc j’ai fait sortir une somme de 450 dollars que je détenais et je leur ai donné. On est restés là à discuter, ils m’ont frappé sur la tête avec l’arrière du fusil qu’ils détenaient, j’ai été gravement blessé, je me suis levé mais quelques pas après, je suis tombé. Ils sont venus me frapper pensant que j’étais mort. Ils ont pris mes biens et sont partis avec, mon téléphone, mon argent et ma moto ils ont tout emporté”, a-t-il déploré.

Aux dernières nouvelles, le jeune Sory Condé se trouve à l’hôpital régional de Kankan où il reçoit des soins médicaux. Il faut tout de même ajouter que la cagoule dont les bandits se servent pour attaquer les citoyens, est devenue de nos jours une mode pour les jeunes de la commune urbaine de Kankan.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

623 77 06 09

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.