Kankan : les sachets d’eau minérale, de vrais ennemis pour les caniveaux !

Print Friendly, PDF & Email

En cette période de grandes pluies, la circulation devient de plus en plus difficile dans la commune urbaine de Kankan. Pour cause, les sachets d’eau minérale qui traînent partout à travers les différentes artères de la ville rendent la vie compliquée aux usagers de la route. Plusieurs observateurs pointent du doigt l’incivisme de certains citoyens qui jettent ces sachets dans les caniveaux ou un peu partout sur la route.

Thierno Abdoulaye Baldé, prestataire et informaticien, demande aux propriétaires des unités de production d’eaux minérale de donner un coup de main à la commune.

« En ce qui concerne les sachets d’eau, il faut que les propriétaires des usines puissent payer un quota à chaque fin du mois à la commune. La commune à son tour va essayer de s’organiser pour voir comment ramasser les sachets. Ils peuvent mettre en place une politique, même les enfants peuvent le faire, quand on lui dit que s’il envoie 30 sachets on le paye 5000fg, cela pourrait diminuer les sachets dans la nature », suggère-t-il.

Même si ces producteurs d’eaux payent des quotas à la commune, il doit relever de la conscience des citoyens de rendre la ville propre. C’est pourquoi Sékou Sidibé lui, demande à ces concitoyens de jeter les sachets plastiques dans les poubelles.

« Pour les sachets d’eau déjà utilisés, s’il y a une poubelle à tes côtés, prière de les mettre dans cette poubelle », a-t-il lancé.

Aminata Konaté, ménagère, pense qu’il serait difficile pour les autorités de résoudre ce problème, d’autant plus qu’il n’y a pas de poubelles dans la ville.

« Chez nous ici, il n’y a pas beaucoup de difficulté qui soient liées aux sachets d’eau. Mais à commencer ici jusqu’au marché Dibida, on constate que les sachets d’eau sont jetés n’importe comment par les gens. A vrai dire, les autorités n’arrivent pas à freiner ce fléau. Sinon dans d’autres pays, la propreté et l’hygiène sont tellement de rigueur, à tel point que tu as honte de jeter des ordures dans la nature », a-t-elle laissé entendre.  

Force est de reconnaître aujourd’hui que les sachets d’eau minérale pullulent la ville de Kankan et offrent un spectacle désolant. Selon les spécialistes en environnement, ces sachets plastiques sont non-biodégradables. Leurs conséquences sont énormes sur l’environnement.   

De Kankan, Ahmed Sékou Nabé pour Médiaguinée

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.