Libération de 35 membres du FNDC, à Kankan : ‘’certains étaient au mauvais endroit au mauvais moment” (procureur)

Print Friendly, PDF & Email

Arrêtés pour violences lors de la tenue du double scrutin législatif et référendaire dans la région forestière et conduits à la maison centrale de Kankan, les 35 des 43 membres du front national pour la défense de la constitution ont été libérés ce lundi 28 septembre. Ces jeunes qui militent contre un 3è mandat du président Alpha Condé étaient poursuivis pour attroupement illégal, détention d’armes légères et munitions.

“Lors du scrutin du 22 mars dernier, il y a eu beaucoup de violences dans la zone forestière notamment à Nzérékoré, des violences qui ont entrainé beaucoup de préjudices au détriment de la population, lorsque ces violences ont éclaté des enquêtes ont été immédiatement entreprises, et elles ont permis d’interpelé certains de nos concitoyens comme des présumés auteurs des infractions commises. Ces personnes interpelées au nombre de 43 ont toutes été déférées à la maison centrale de Kankan, pour d’abord des raisons de sécurité et ensuite des raisons de sérénité dans la conduite de la procédure”, a dit Yaya Kairaba Kaba, procureur général près la cour d’appel de Kankan.

Poursuivant, cet homme de justice ajoute que c’est grâce aux intervention autorités morales et de la coordination nationale de la Forêt que les magistrats instructeurs ont pris des mesures de faveurs pour procéder à la remise en liberté de ces personnes.

“Un pool de magistrats instructeur a été constitué à l’occasion, ce pool a effectivement travaillé et a terminé l’instruction. Des demandes de mise en liberté provisoire de certains d’entre eux ont été introduites, des interventions des autorités morales ont été enregistrées, les interventions de la coordination nationale de la Forêt a également été enregistrées, et puisque les magistrats instructeurs sont en voie de distinguer la bonne graine de l’ivraie et en application des dispositions du code de procédure pénale, la détention étant l’exception, la liberté est le principe, la justice n’abandonne pas cependant les poursuites engagées sans aboutir à un règlement définitif, mais avant, au regard du visage humain de la justice, des mesures de faveur qui ne peuvent à aucun cas nuire au bon déroulement de la procédure peuvent être accomplies. C’est dans ce cadre que nous nous retrouvons à la maison centrale de Kankan, à l’effet de procéder à l’exécution des mesures de faveur prises par les magistrats instructeurs, 35 personnes de 43 placées sous mandat de dépôt ont retrouvé provisoirement leur liberté.” a-t-il ajouté.

Sur les 43 détenus, 36 ont été libérés, puisque Fassou Goumou, un des membres du FNDC qui était lui aussi incarcéré là-bas, a été libéré.

Pour les 7 autres qui sont encore à la maison centrale, Yaya Kairaba Kaba de confier: “ils vont continuer à être gardés en prison, parce que le pool des magistrats instructeurs a distingué la bonne graine de l’ivraie, c’est-à-dire qu’il est possible que certains se sont retrouvés dans cette situation pour s’être trouvés au mauvais endroit au mauvais moment, c’est possible que des charges retenues contre certains au cours des enquêtes ne tiennent pas.”

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.