Connect with us

Societé

Kankan : orpheline de père et de mère, une fille de 14 ans victime d’un viol collectif

Une jeune fille âgée entre 13 et 14 ans a été kidnappée puis violée avant d’être relaxée par 3 jeunes dont l’âge varie entre 20 et 30 ans dans la nuit du lundi 30 octobre dans le secteur 2 du quartier Bordo, dans la commune urbaine de Kankan. Ce jour-là, la pauvre fille jouait avec ses amies quand elle a été envoyée en commission par l’un de ses bourreaux qui, finalement, a eu raison d’elle avec ses 2 autres complices en la violant.

Interrogée sur les circonstances de son agression sexuelle, la victime, orpheline de père et de mère, raconte : « On est restée ici en train de jouer. LM m’a envoyée acheter sa cigarette. J’ai demandé à ma copine d’aller m’accompagner, elle m’a dit de la laisser tranquille. Donc je suis allée seule. Arrivée à un certain niveau, je l’ai vu derrière moi. Il m’a demandé d’aller vers l’école. Je lui ai dit que ma sœur m’avait dit de ne pas arriver là-bas. Il m’a aussitôt giflée. Quand j’ai crié, il a pris ma bouche. Ils m’ont prise à trois. Là où ils voulaient me faire rentrer en première position, il y a un de ses amis qui a dit de ne pas me faire rentrer là-bas sinon les gens vont entendre le bruit. C’est ainsi qu’ils m’ont envoyée dans une salle de classe pour abuser de moi, un an a un. Après avoir abusé de moi, il m’a dit de ne rien dire à ma sœur. Et que même si je le lui disais, ma sœur ne le croirait pas parce qu’elle sait que lui il est marié et qu’il a des enfants. Il m’a dit que si je raconterai ça à mes parents, ces derniers diront qu’ils m’ont prise avec un autre garçon »

Selon l’oncle paternel de la fille, la fille, aussitôt arrivée, a été transportée d’urgence à l’hôpital régional de Kankan pour des soins.

Parlant des présumés violeurs, l’oncle de la fille a précisé ceci : « On est à la recherche des enfants. On ne les a pas encore retrouvés. Mais tous les trois ont leurs familles ici. Dès qu’elles ont été informées, elles ont demandé qu’on vienne régler ça en famille, parce que nous sommes des musulmans et qu’on est dans le même quartier. J’ai dit non ! »

Pour sa part, El hadj Ayouba Kouyaté, le porte-parole de Djély Tomba et le chef de famille de la victime a déclaré : « Ces jeunes sont tous de ce quartier-là mais qui n’ont aucun respect pour la dignité humaine. Donc, s’il y a une loi pour ça, vraiment nous la suivrons. Sinon, moi j’ai des enfants qui peuvent rendre justice mais on ne peut pas faire ça. On suit la loi »

Il a cependant lancé un appel pressant aux autorités en ces termes : « Je demande vraiment aux autorités de mettre fin à ça, de sanctionner les fautifs avec la dernière énergie, car c’est l’impunité qui les autorise à commettre de tels crimes. Il faut que l’impunité-là cesse. Il y a trop de viols maintenant »

Aux dernières nouvelles, une enquête serait ouverte par la Brigade de recherche de la gendarmerie départementale de Kankan chargée de l’affaire pour pouvoir mettre main sur les présumés coupables qui restent jusque-là introuvables.

Alpha Oumar Koïta, correspondant à Kankan

(+224) 622-16-07-20

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook