Kankan : qui a commandité l’attaque du local d’un mouvement de soutien à l’UFDG ?

Print Friendly, PDF & Email

D’après nos informations, le mouvement ‘’An toun baalon’’ (Si on savait), soutien de l’Union des Forces Démocratiques Guinée (UFDG) a été victime d’une attaque à son siège social au quartier Bananköröda dans la journée de ce vendredi, 2 octobre au quartier Banankoroda. Dans cette affaire qui fait suscite beaucoup de bruit, des militants du RPG Arc-en ciel sont indexés.

De surcroît, Bangaly Kaba, président du mouvement ‘’An toun baalon’’ (Si on savait) pointe du doigt Moussadjan Condé secrétaire général du syndicat des transporteurs de Kankan et membre influent du parti au pouvoir dans le Nabaya, comme instigateur de cette attaque.

« Ce sont les militants du RPG Arc-en ciel qui nous ont attaqués aujourd’hui, conduit par Moussadjan qui était dans sa voiture. Il a envoyé ses petits pour nous attaquer. Moi, je me demande si adhérer à un parti politique en Guinée est un délit ou une infraction. C’est nous qui avons fait notre choix en disant que nous sommes avec l’UFDG. Mais pourquoi un autre parti peut venir nous attaquer ? », s’interroge-t-il.

En marge de cette attaque surprise des jeunes du RPG, selon les témoignages, ils ont bastonné Bangaly Kaba le président du mouvement et saccagé les lieux avant d’emporter les objets qui s’y trouvaient, notamment l’écran, le haut-parleur, le groupe électrogène et les banderoles.

« J’étais seul ici au siège avec les enfants et on regardait la télé, directement j’ai vu venir deux jeunes qui sont venus et on a vu qu’il n’y a personne, ils ont appelé les renforts, qui sont venus et ont saccagé le coin. Ils m’ont aussi tabassé parce que j’étais seul, ils ont tout saccagé et ont tout pris. On avait une télé, une radio, un moteur, nos banderoles et autres ils ont tout pris », explique Bangaly Kaba.

Pour finir, ce jeune avec les habits déchirés, conséquence de l’attaque, appelle les autorités à prendre leurs responsabilités pour que ces genres de choses cessent.

« J’aimerais dire aux autorités locales de Kankan de faire tout possible pour que ce qui a été fait à Bananköröda ne se répète plus et que ça soit la première et la dernière », a-t-il dit avec fermeté.

Toutes nos tentatives pour joindre Moussadjan Condé, principal présumé coupable dans cette affaire sont restées vaines.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

 

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.