Kankan : un homme pique une crise et meurt suite à la qualification du syli national

Print Friendly, PDF & Email

La qualification du syli national local de Guinée pour les quarts de finale au compte du championnat africain de football ne s’est pas passée sans conséquences dans la commune urbaine de Kankan. Suite à l’égalisation du but des Tanzaniens par Victor Kantabadouno, un joueur natif du quartier briqueterie de Kankan, Maxime Douo Guilavogui, un homme âgé de 76 ans, marié et père de 6 enfants, a par émotion, piqué une crise et est rentré dans le coma, dans le kiosque où il suivait le match avec d’autres supporters du syli national.

Il a été transporté d’urgence à l’hôpital, mais fort malheureusement, il a rendu l’âme dans la matinée de ce jeudi, 28 janvier 2021.

Paul Guilavogui, enseignant à l’université Julius Nyerere de Kankan et membre de la famille du défunt, explique :

« Maxime Douo Guilavogui est le chargé stage à l’ENA de Bordo. C’est vers 17 heures qu’il est rentré à la maison et quand le courant de l’EDG est venu, il a allumé sa télévision pour regarder le match du syli national. Mais comme les images n’étaient pas claires, il est un descendu un peu en bas là-bas où il est allé dans un kiosque Orange-Money où le match était également diffusé. Tout se passait bien au début et à un moment donné, la Guinée était menée sur un score de 2-1, les gens étaient frustrés.  Mais dès que la Guinée a égalisé, tout le monde était en joie et c’est en ce moment que lui aussi était en joie. Et soudainement, il a piqué une crise et il est rentré dans le coma. On l’a transporté à l’hôpital en urgence, mais malheureusement, c’est hier matin qu’il est décédé », a-t-il expliqué.

Dans la famille mortuaire, les femmes sont inconsolables. Selon Pauline Koivogui, épouse du défunt, le désormais feu Maxime Douo Guilavogui souffrait de l’hyper-tension artérielle, et c’est ce qui l’aurait emporté dans la tombe.

« Sa mort a surpris tout le monde et je m’en remets complètement à Dieu parce que c’est lui qui connait ce qui s’est passé. Nous savions tous que c’est de l’hyper tension artérielle qu’il souffrait et ça lui avait vraiment fatigué ces derniers temps. Même quand il a piqué crise et qu’on lui a envoyé à l’hôpital, les médecins nous ont fait savoir que c’est sa tension qui est montée jusqu’à 25 », dira-t-elle toute triste.

Le défunt regagnera sa dernière demeure ce vendredi, 29 janvier 2021, au cimetière catholique de Kankan près de l’ENAE au quartier Bordo.

Ahmed Sékou Nabé, correspondant à Kankan

+224 623770609

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.