Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse : un mois après la chute d’Alpha Condé, les victimes souhaitent revenir sur les domaines

Print Friendly, PDF & Email

Le Collectif des Victimes de Kaporo Rails, Kipé 2 et Dimesse a animé un point de presse ce samedi 9 octobre 2021 à la maison de la presse à Kipé. L’objectif était d’alerter à travers une déclaration, les nouvelles autorités sur les agissements de Mohamed Maama Camara, secrétaire général du ministère de la Ville et de l’aménagement du Territoire à Koporo Rails, que ces victimes accusent de poursuivre « les actions honteuses de son ancien ministre Ibrahima Kourouma ».

Dans cette déclaration, deuxième du genre qui intervient après l’avènement au pouvoir du CNRD, les victimes de Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse, disent constater avec regret que les occupations illégales se poursuivent de la plus belle des manières.
« Ces occupations se traduisent par le bornage et le morcellement des domaines. En outre, des bulldozers et camions s’activent pour transporter la terre qui est vendue à des particuliers pour des fins de construction. Comme si cela ne suffisait pas, l’entreprise ivoirienne IMAAG-HOLDING revend un mètre carré à 1000 euros.
Autre détail, l’actuel Prima Center est construit sur les domaines autrefois réservés à l’Assemblée Nationale et à la Haute Autorité de la Communication (HAC) », a lu Ben Diallo dans la déclaration.

Accusant le secrétaire général du Ministère de la ville et de l’aménagement du territoire Mohamed Maama Camara de poursuivre les actions de l’ancien ministre comme si la Guinée était toujours dans les mains de Monsieur Alpha Condé.
En effet, révèle le Collectif, « il a introduit le 06 octobre 2021 une délégation de la société ivoirienne TASSECC Investment Holding Africa auprès des membres du CNRD ».

Au cours des débats, il a été question de la finalisation du projet de construction à Kaporo-Rails de la cité administrative, le collectif rappelle au président de la République le Colonel Mamadi Doumbouya « que le dosier Kaporo-Rails reste pendant auprès des juridictions nationales et sous régionales. Par ailleurs, il convient de préciser qu’aucune victime n’a été dédommagée encore moins bénéficier de la compassion de la part de l’Etat.Etant donné que la justice est la nouvelle orientation de tous les guinéens comme l’ont indiqué le Colonel Doumbouya et son Premier Ministre Mohamed Béavogui, toute la lumière devrait être faite autour de la casse de Kaporo-Rails », a-t-il souhaité.

Après la démolition de leurs 2500 maisons à Kaporo-Rails, Kipé 2 et Dimesse, les victimes attachées au retour immédiat sur leurs domaines, exhortent les nouvelles autorités à mettre fin aux travaux d’occupation en cours à Kaporo-Rails.

Maciré Camara

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.