Kassory répond à Ousmane Kaba sur le prix du carburant : ”cest un faux débat”

Print Friendly, PDF & Email

La récente baisse du prix du carburant en Guinée continue de susciter des débats dans la cité. Pour certains économistes dont Dr Ousmane Kaba, le prix des produits pétroliers devrait être baissé à 5000 fg en lieu et place de 9000 fg actuellement.

Interrogé ce jeudi, 9 avril par la radio Espace Fm dans son émission ‘’les GG’’, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana a indiqué que l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Dr Ousmane Kaba n’a pas toutes les données actuelles sur le carburant.

« C’est une erreur car, il n’a pas toutes données. C’est une appréciation donnée sur une base qui ne repose pas sur grand-chose. On doit savoir que le prix n’est pas simplement fonction du prix du baril. Parce qu’il y a le prix du baril c’est-à-dire le prix du brut et vous avez également le prix du produit raffiné. Et nous, nous commandons le produit raffiné et non le brut.

Vous pouvez aller sur Google pour regarder les réalités et vous comprendrez s’il y a un effondrement des prix du brut. Il y a une hausse substantielle des prix des produits raffinés parce que simplement les politiques de confinement aujourd’hui dans les différents pays rend difficile la production industrielle. Et du coup, l’offre étant inférieure à la demande, les prix ont pris un coup. Pourquoi on ne peut pas le faire ? L’une des raisons pour lesquelles on ne peut pas le faire même si objectivement les prix internationaux soutenaient cette possibilité, on ne peut pas le faire parce qu‘il faut regarder comment ça se passe dans les pays du voisinage immédiat. Notamment le Mali, le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Comparez le prix qu’on a donné à ceux de nos voisins. Si nous sommes chers, revenez me voir pour dire Monsieur le Premier ministre, vous êtes chers. Qu’est-ce que je veux dire, souvenez-vous quand je venais aux affaires il y a deux ans. Les subventions au carburant coûtaient par mois 150 milliards de francs guinéens à l’Etat. Pourquoi ? Parce que nous avions des prix totalement en deçà de ceux pratiqués par les voisins. Résultat, de Kankan à Kourémalé en passant par Siguiri, c’est les stations d’essence qui ont été construites juste non pas pour les besoins de la Guinée, mais pour les besoins de la contrebande. Qu’est-ce que cela veut dire ? Si nous ne prenons pas ce facteur en compte, ça veut dire que la Guinée devrait commander et importer au-delà de ses besoins propres », souligne-t-il, avant d’affirmer clairement le débat sur le prix du carburant est un faux débat.

Youssouf Keita

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!