Connect with us

Societé

Kindia : quatre enseignants condamnés à six mois de prison avec sursis

Le procès des enseignants arrêtés le lundi 26 Novembre dernier lors du sit-in organisé par les enseignants devant la DPE de Kindia a eu lieu ce mercredi au tribunal de première instance de Kindia.  Après les différentes plaidoiries, les quatre enseignants poursuivis pour attroupement illégal ont été condamnés à six mois d’emprisonnement assortis de sursis.

C’est en présence de plusieurs enseignants que ces quatre enseignants ont comparu devant la justice pour avoir participé à un attroupement illégal lors d’une manifestation non autorisée le lundi dernier. Après avoir été déclarés coupable du délit commis, les quatre enseignants à savoir Mohamed Mouctar Diallo, Sadialiou Bah, Abdoul Karim Sylla et Ibrahima Sory Mara, tous enseignants ont été condamnés à six mois d’emprisonnement assorti de sursis.

Pour Me Sékou Sylla, l’un des avocats des enseignants accusés, le Ministère public a eu des difficultés pour « asseoir la culpabilité de nos clients ».

« C’est un dossier dans lequel le ministère public s’est beaucoup cherché dans la mesure où il dit que l’attroupement pour le sit- in n’était pas organisé.  Donc, c’est pourquoi les quatre enseignants se sont retrouvés dans les mailles de la justice. Nos clients qu’ils étaient, on a vraiment géré le dossier à bon escient. Nous avons estimé que ces enseignants ne devraient pas être en prison, ils réclamaient un droit, seulement ils ont pas été informés et conformément au code pénal de l’article 621 on a vu que nos clients n’ont pas attiré l’attention des autorités pour leur sit-in, voilà pourquoi, le ministère public a fait  asseoir sa culpabilité sur ces éléments au motif qu’ ils soient condamnés », dit-il

Si cette condamnation à six mois d’emprisonnement assorti de sursis a été acclamée par plusieurs enseignants, pour le membre préfectoral de l’union du SLECG Kindia, Abdoulaye Bah, c’est une inquiétude pour la tenue des différentes manifestations qui seront envisagées.

« C’est normal de reconnaître la loi et c’est normal aussi de faire une demande pour nos prochaines manifestations, nous formaliserons désormais une demande d’autorisation, seulement nous sommes très inquiets. Est-ce qu’ils ne vont pas opposer un refus sans arguments valables pour nous empêcher de procéder à nos éventuelles revendications ? se plaint-il

Malgré les résultats filtrés de cette audience, les enseignants de Kindia disent de ne point baisser les bras pour la revendication de leurs droits.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

623 08 09 10

 

Continuer la lecture
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Suivez-moi sur Facebook

Suivez-moi sur Twitter