Connect with us

Societé

Kindia : des acteurs de l’environnement installent des cadres de concertation dans les communes rurales

Plusieurs acteurs œuvrant pour la protection de l’environnement et d’autres questions de société se sont retrouvés ce lundi 10 juin 2019, pour échanger autour des questions environnementales et autres.

Au cours de la rencontre, l’installation des cadres de concertation dans certaines communes rurales de Kindia a été effective. C’est dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui à la gestion des risques liés à la dégradation de l’environnement, la radicalisation et aux conflits qui surgissent au quotidien dans les communautés que les acteurs pour la protection de l’environnement se sont rencontrés pour échanger autour des questions environnementaux.

Selon Alphonse Yombouno, directeur exécutif de l’Association pour le Développement Durable et la protection de l’environnement en Guinée, des cadres de concertation sont installés dans quatre communes rurales de Kindia.

« Aujourd’hui, nous sommes là pour donner des explications sur le bien fondé de ces différentes localités déjà choisies et Kindia fait partie de ses localités où surgissent des conflits. Pour cela, nous avons installer des cadres de concertation dans quatre communes rurales à savoir Kolenté, Bangouya, Mambia et la commune urbaine. Ces cadres de concertation sont composés des acteurs du développement socio-économique qui est un organe consultatif qui travaille à côté du conseil communal, c’est-à-dire se sont ces acteurs qui doivent faire le diagnostic de toute la situation qui se trouve au niveau de la commune et les analyses tout en faisant des propositions au niveau du conseil communal pour le bien être de la communauté », explique-t-il.

L’installation de ces différents cadres de concertation est un processus important pour le développement des collectivités locales ajoute Alphonse Yombouno.

« La mise en place de ces cadres de concertation, d’abord, c’est pour permettre aux acteurs qui y composent de pouvoir créer une synergie à travailler de manière à ce que le développement socio-économique de leurs localités puisse être une réalité vivante c’est-à(dire, réduire la pauvreté, les conflits et améliorer les revenus des femmes et des jeunes », ajoute-t-il.

A noter que cet échange a connu la présence de tous les représentants des différentes composantes de la vie sociale qui participent au développement socio-économique de n’importe quelle entité.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

623 08 09 10

Print Friendly, PDF & Email
Publicités
Continuer la lecture
Advertisement
Cliquer ici pour Commenter

Laisser un commentaire

Publicités

Suivez-moi sur Facebook