Kindia : des fonctionnaires contractuels et retraités s’engagent à payer leurs cotisations sociales

Print Friendly, PDF & Email

Une campagne de sensibilisation pour une meilleure prise en charge des fonctionnaires contractuels et retraités de l’Etat a eu lieu ce vendredi, 8 janvier 2021 à l’ENI de Kindia. Objectif, livrer un message fort et important à l’attention des salariés de la fonction publique, des retraités de la fonction publique et les contractuels permanent de l’État tout en les expliquant comment rendre opérationnelle la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat et l’institut national d’assurance  des maladies obligatoires.

C’est face à un nombre important de travailleurs actifs et de retraités de la région administrative de Kindia qu’a eu lieu cette cérémonie de sensibilisation pour une prise en charge en cas d’une maladie ou à l’indigence de ces acteurs précités.

Mohamed Lamine Koumbassa, Directeur général de la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat revient sur le but de cette mission en ces termes :

‘’C’est une mission de sensibilisation qui a été organisée en accord avec le mouvement syndical et la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat et l’institut national d’assurance des maladies obligatoires pour sensibiliser les fonctionnaires et les retraités à l’effet du futur payement des cotisations sociales. Deux institutions de sécurité sociale ont été créées à base contributive. Donc, nous sommes là justement pour les sensibiliser. Ce qui est en jeux, c’est la prise en charge effective des agents de l’Etat en terme de maladie, la cotisation du payement des pensions et la prise en charge en prestation familiale et en risque professionnel’’, dit-il.

Pour bénéficier cette prise en charge de la caisse nationale de prévoyance sociale des agents de l’Etat et de  l’institut national d’assurance  des maladies obligatoires, les fonctionnaires actifs doivent payer 5%  de leur salaire  et 2 %  pour les retraités, explique le secrétaire général du CNTG.

‘’Le mouvement syndical guinéen a mené il y a quelques années des actions qui ont abouti à la mise en place de ces deux institutions (CNPSAE et INAMO) pour soulager les fonctionnaires en matière de protection sociale à l’instar des employés du secteur privé, mixte au niveau de la caisse nationale de sécurité sociale. A l’image de celle-ci, les parts de contribution des parties prenantes pour le fonctionnement normal de chaque institution sont respectivement réparties de la façon suivante : 18% pour l’État, 5% pour les fonctionnaires actifs et 2 % pour les retraités. Le payement de ces cotisations est le seul moyen, pour chacune et chacun de nous prévenir des lendemains difficiles liés à la maladie ou à l’indigence car quelque soit notre statut,nous devons faire face un jour au risque lié à la maladie et dont le coût ne peut supporter ni par notre revenu mensuel ni par notre pension’’, a ajouté Amadou Diallo.

La cérémonie a été clôturée par une batterie de questions des bénéficiaires. Après la satisfaction de leur préoccupation, ils ont manifesté leur volonté à payer leur cotisation sociale dès le début de cette année 2021.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.