Kindia : des journalistes accusés d’être à la base de plusieurs dérapages dans la cité (procureur)

Print Friendly, PDF & Email

C’est un fait inédit qui vient de se passer ce jeudi 27 août 2020 dans l’enceinte du bloc administratif de la préfecture de Kindia. Le procureur de la République près le tribunal de première instance a déverser sa colère sur un groupe de journalistes lors d’une rencontre entre les autorités locales et plusieurs hommes politiques de Kania. Pour Amadou Diallo, la presse locale est responsable de plusieurs dérapages dans sa cité.

C’est dans son discours à l’occasion de la visite du député de Kindia, Mohamed Dorval Doumbouya que le procureur de la République près le tribunal de première instance de Kindia a tiré à boulets rouges sur les hommes de médias de la Cité de Manga Kindi Camara.

« […] Honorable député, Monsieur le préfet, madame la suppléante et chers cadres de cette préfecture, je rappelle qu’Amadou Diallo, procureur de Kindia ferme l’oeil sur beaucoup de dérapages dans l’intérêt de la paix. Le préfet peut témoigner. Il y a assez de dérapages surtout du côté de la presse qui offre  l’occasion à des vulgaires individus de proférer des injures ou des diffamations qui ne disent pas leurs noms à la radio. Il y a plusieurs manières de régler les comptes si nous voulons, parce que vous pouvez dire ce que vous voulez à la radio mais vous n’êtes pas à l’abri de la commission des infractions des droits communs dans la cite », a précisé le procureur de Kindia.

Le magistrat de la cité des agrumes ne s’est pas limité en si bon chemin. Amadou Diallo a apporté certains détails en ces termes :

« Il y a un journaliste, il n’y a pas un mois qui a été pris en flagrant délit, outrage public à la pudeur. J’ai été appelé par la brigade de recherché. C’est le même journaliste qui m’appelle, ce jour, si j’étais un procureur d’une autre époque, je disais gardez-le en vue, interrogez-le, ce n’est pas le journaliste qui est là, c’est un agent pénal. Le matin, en flagrant délit, j’invite toute le monde, on le ridiculise à l’audience publique. »

Cette sortie du procureur de la République près le tribunal de première instance de Kindia est mal digérée par la quasi-totalité de la presse locale. Pour Aboubacar Wayé Touré, l’un des journalistes de cette cité, les accusations d’Amadou Diallo sont dénudées de fondement.

« Nous sommes au regret de constater que de tels propos viennent d’un procureur de la République. Monsieur Amadou Diallo n’est pas à sa première fois mais cette fois, il a trop loin poussé le pion. Ce qui nous a interpellé dans notre majorité, c’est-à-dire les journalistes de Kindia, parce que il l’a dit à une rencontre solennelle. S’il a des comptes à régler avec des journalistes, moi, je pense que ce n’était pas l’endroit et le moment idéal pour porter de telles accusations parce que jusqu’à preuve contraire, nous nous disons que ce n’est pas un journaliste qui a été pris sur le terrain. Ce n’est qu’un délit de presse qu’on reproche à ce journaliste même s’il l’était parce qu’on ne l’a pas pris sur un terrain de reportage. On l’a pas interpellé suite à un article de presse ou suite à un reportage. Donc Monsieur Amadou Diallo doit faire le discernement et surtout il doit savoir interpréter les textes », martèle le confrère qui se sent outragé.

Selon certains journalistes, le procureur aurait une dent contre un journaliste qui aurait publié un article sur la prison civile de Kindia. D’où d’ailleurs cette colère haineuse de la part de ce responsable du parquet de la Cité de Manga Kindi Camara. 

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.