Kindia : les jeunes échangent autour de la migration irrégulière

Print Friendly, PDF & Email

Il s’est tenue ce samedi 21 décembre 2019, au CFP de Kindia, une conférence débat sur l’impact de la migration irrégulière sur la jeunesse guinéenne. L’ouverture de cette cérémonie organisée par l’organisation guinéenne pour la lutte contre la migration irrégulière a été effectuée par le préfet de Kindia, Elhadj N’Fansoumane Touré.

C’est sur les questions liées à la migration irrégulière que plusieurs jeunes de la cité des agrumes se sont rendus au CFP pour en savoir plus sur les véritables informations une fois qu’on jette son dévolu sur le désert et la méditerranée. Après un échange fructueux entre le conférencier et les participants, le président de l’OGLMI, Ibrahima Sory Conté, s’est exprimé en ces termes :

‘’Aujourd’hui, nous sommes au CFP dans le cadre de la journée internationale des migrants qui a été célébrée dans certaines endroits du pays le 18 décembre dernier. A Kindia,  nous, jeunes migrants retournés on a organisé cette conférence sous le thème, l’impact négatif de la migration irrégulière sur la jeunesse guinéenne pour expliquer à nos frères non seulement les enjeux liés à ce voyage irrégulié mais aussi de leur montrer qu’on peut réussir chez nous. Pour atteindre ces objectifs, au delà de la conférence, nous avons projeté un film sur la migration irrégulière, nos amis migrants ont témoigné pour montrer au public que nous avons tenté de voyager mais aujourd’hui Dieu merci car plusieurs d’entre nous sont dans le processus de réintégration de l’OIM’’ dit-il.

Après la projection du film tourné par un migrant de retour au pays qui suscite tant d’émotions, Mohamed Camara, étudiant à l’Université de Foulayah s’est dit très satisfait des débats et du film regardé.

‘’La vérité est qye je suis très ému d’abord du film qu’on a regardé. Il explique ce qu’on nous raconte dans le quartier. Moi, personnellement, je veux partir en Europe mais pas de façon irrégulière. Je pense que la conférence et surtout le film m’ont encore dissuadé de ne pas prendre la voie du désert et la méditerranée’’, ajoute-t-il.

A noter que ces jeunes migrants appuyés par l’organisation internationale des migrations, ont doté deux grandes mosquées de matériels à savoir une brouette, des pelles, machettes, pioches et bouilloires.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.