Kindia : l’inspectrice régionale de l’Action sociale dresse le bilan des activités réalisées

Print Friendly, PDF & Email

L’inspection régionale de l’Action sociale et de la promotion féminine et de l’enfance de Kindia a fait le bilan des activités réalisées au cours de l’année 2019. Selon l’inspectrice régionale plusieurs cas liés aux mariages précoces, les mutilations génitales féminines, les violences physiques, l’abandon des enfants ainsi que d’autres phénomènes ont été enregistrés dans la région administrative de Kindia.

Au cours de l’année 2019, l’inspection régionale de l’Action sociale et de la promotion féminine et de l’enfance a exercé plusieurs activités pour mettre fin à certaines questions sociales qui touchent non seulement les femmes, les enfants mais aussi les personnes vulnérables.

Interrogée sur son bilan annuel, Madame Kaba, Aicha Bah donne les statistiques  en ces termes : « Quand vous prenez dans la région le mariage d’enfant, on a enregistré 300 cas, dans ces 300 cas, heureusement le mariage n’a pas été consommé mais il a été empêché. Les filles qui ont été aussi identifiées et le mariage ont été carrément empêchés, il ya eu 1178 cas dans la region, 383 dans la préfecture de Kindia, Coyah 0 cas, Dubréka 1 cas et Forecariah 4 cas. Nous avons enregistré également 1282 cas de mutilations génitales féminines empêchées. Les violences physiques 27 cas enregistrés. Enfants en conflit avec la loi (ECL), nous avons enregistré 12 cas. Les négligences c’est-à-dire les parents qui négligent leurs enfants jusqu’à ce que l’enfant ait quelque chose, on a enregistré 97 cas dans la région. Les grossesses précoces nous avons enregistré seulement 5 cas. Enlèvement 2 cas seulement enregistrés dans la préfecture de Kindia. Abandon d’enfants on a enregistré 28 cas dans la région administrative, 2 cas à  Kindia, 2 à Forecariah, 1 cas à Coyah, 1 à Dubreka et 22 cas à Télimélé. Enfants orphelins vulnérables, on a enregistré 185 cas. La malnutrition, nous avons enregistré de ce côté 7 cas et enfin les enfants qui sont en mobilité,  nous avons enregistré 98 cas. Donc voici les statistiques que nous avons répertoriées au niveau de l’inspection régionale de l’action sociale et de la promotion féminine et de l’enfance de Kindia », dit-elle.

Après l’année 2019, la direction entend continuer de lutter pour mettre fin à certains maux dont souffrent les femmes notamment les MGF. « Nos perspectives en 2020, on veut d’abord 0 cas de mutilations génitales féminines mais aussi le cas du mariage, faire en sorte que les mariages soient déclarés au niveau de la commune pour enfin permettre les femmes de s’en sortir si elles sont victimes des violences conjugales. Enfin cette année nous ne voulons pas également entendre des cas de viols comme ça été  le cas de l’année 2019 où des enfants de deux ans ont été violées. Je termine en demandant aux parents de veiller sur leurs enfants », dira-t-elle.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10

 

 

 

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.