Kindia : malgré le couvre-feu, des malfrats attaquent et blessent un commerçant à Sambaya

Print Friendly, PDF & Email

L’insécurité refait surface de plus bel à Kindia. Dans la nuit du mercredi 22 avril 2020, un commerçant a subi une attaque à mains armées. Ce qui porte à deux le nombre d’attaques en deux jours perpétrées contre deux citoyens de deux quartiers différents de la commune urbaine.

Après une attaque à mains armée dans la nuit du mardi 21 avril 2020 à Tapioka, un autre commerçant a été attaqué nuitamment par des bandits armés au quartier Sambaya dans la commune urbaine de Kindia. La victime âgée de 32 ans a été blessée par balle et toute son économie a été emportée. Cette nuit, la victime Seydou Yawti Diallo a été agressé par des inconnus armés précisément à proximité du Centre Nafa au quartier Sambaya. Les malfaiteurs ont tiré deux balles avant de se fondre dans la nature avec son argent. Admise à l’hôpital régional Alpha Oumar Diallo de Kindia, la victime revient sur sa mésaventure : « C’était aux environs de 20 heures 10, j’ai fermé ma boutique et en partant à la maison, arrivé au centre Nafa, c’est là-bas que trois gaillards sont venus me trouver. Il y’avait un qui était cagoulé je n’ai pas bien vu ce que les autres portaient. C’est ainsi ils ont voulu prendre mon sac, je n’ai pas obtempéré, ils ont tiré sur moi. Ils ont pris mon sac et ils m’ont laissé là-bas. »

La victime étudiant diplômé en hôtellerie et tourisme a été blessé au niveau de son mollet. Seydou Yawti Diallo parle plus de 7 millions de francs guinéens emportés par ces bandits armés. « Ce qu’ils ont emporté, je peux estimer à 7 millions deux cent mille francs guinéens. Je me sens un peu mal à ce moment. Dès que nous sommes venus ici à l’hôpital, ils m’ont bien soigné. Il y’a de l’insécurité à Kindia. Des gens qui font Orange money, je suis la troisième personne à être attaquée dans le même quartier. Depuis qu’on a parlé du couvre-feu, c’est la Mamaya, il y’a trop de vas et viens » ajoute-t-il.

La victime est gravement blessée mais sa vie n’est pas en danger.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Le contenu est protégé !!