Kindia : paralysée par une violence conjugale, Aïssatou Sow attend toujours justice

Print Friendly, PDF & Email

Immobilisée par une paralysie depuis 2017, Aïssatou Sow âgée de 23 ans dénonce un retard de son procès au tribunal de première instance de Forécariah. Elle a fait cette annonce ce lundi 4 janvier 2021. Aïssatou Sow accuse son ex-mari d’être responsable de sa paralysie actuelle. 

Les faits remontent il y a de cela 4 ans lorsque le TPI de Kindia a été saisi par Aïssatou Sow accusant son mari de l’avoir battue à mort. Après examen, le dossier a été renvoyé au TPI de Forécariah. Depuis lors, Aïssatou Sow se dit être ignorée par la justice. Elle revient sur le premier procès de Forécariah en ces termes : « Ils ont retiré la plainte et amené à Forécariah. On est parti là-bas une fois avec notre avocat. Mon ex-mari a dit que j’ai le rhumatisme que c’est pourquoi je suis paralysée, j’ai dit non. Il m’a frappée et après nos explications, le juge de Forécariah nous a dit d’aller faire les examens à l’hôpital. Nous sommes partis à Conakry et les examens ont révélé que j’ai été battue voilà pourquoi je suis dans cet état. Depuis lors, aucune issue sur le dossier et je souffre énormément. J’aimerais que justice soit rendue », lance Aïssatou Sow. 

Depuis lors, la famille d’Aïssatou Sow dit traverser des moments difficiles. Sa mère, Mariama Djélo Diallo dit avoir tenté tout, en vain.

« Cela fait plus de trois ans nous souffrons avec elle. On s’est rendu pratiquement partout, nous avons utilisé toutes sortes de produits qu’il soit moderne ou traditionnel mais pour le moment nous n’avons rien obtenu comme résultat probant. Nous avons aussi dépensé et jusqu’à présent elle a du mal à se rétablir », a expliqué la mère de la victime.

Se trouvant dans cette situation pénible, Aïssatou Sow est aujourd’hui aidée par certaines personnes de bonne volonté. Pour marcher, elle peut se servir d’un appui.

« Ça va un peu mieux, nous sommes aidés par un El hadj qui réside à Conakry. Aujourd’hui, je peux marcher en me servant de quelque chose. Donc Dieu merci ! Mais ce que je souhaite c’est de nous rendre justice car ça fait très mal d’être dans cet état », ajoute Aïssatou Sow.

Selon nos informations, le procès de dame Aïssatou Sow est renvoyé au 17 janvier prochain au tribunal de première instance de Forécariah.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia.

+224 623 08 09 10

1 Commentaire
  1. Loozap 3 semaines il y a
    Repondre

    Beaucoup de courage Aïssatou Sow pour ce combat pour la justice. C’est une situation penible que vous traversez

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.