Kindia : reprise morose des cours, des écoles sans kits sanitaires (constat)

Print Friendly, PDF & Email

Comme annoncé, la reprise des cours a été effective ce lundi 29 juin 2020 dans plusieurs écoles de la préfecture de Kindia, à 135 km de Conakry. Si certains établissements ont démarré les cours en prenant des dispositions nécessaires contre la maladie à coronavirus, d’autres ignorant la réouverture progressive des classes ont démarré les cours dans un relâchement total des mesures sanitaires.

Plusieurs écoles ont ouvert les portes et fenêtres ce lundi dans la ville des agrumes. C’est le cas de l’Université de Kindia où plusieurs dispositions ont été prises par les responsables.

Nous avions déjà un dispositif de kits pour contrôler de près le respect des mesures sanitaires contre la Covid-19. A chaque entrée de classe, il y a un kit, devant les bureaux, les toilettes et certains espaces publics. Là où on avait par exemple 150 ou 160 étudiants dans un même groupe pédagogique, on est entre 30 et 35 personnes par groupe pédagogique. Ce qui doit permettre à respecter les mesures sanitaires, dit le recteur de l’Université de Kindia, Dr Daniel Lamah.

Cette reprise, ajoute-t-il, concerne d’abord les étudiants de la licence 3 qui finiront les cours le 31 août 2020. Ensuite les étudiants de la L1 et L2 seront reçus au mois de septembre.

A l’école primaire de la sous-préfecture de Damakania, le constat est alarmant. Les élèves sont dans les salles sans aucune mesure prise par les responsables notamment ceux de Franco-arabe.

La directrice adjointe, Mariama Ciré Thioub parle d’un manque de kits sanitaires.

Nous n’avons pas de kits pour le moment, les kits qu’on avait c’était depuis temps Ebola et les enfants ont tout cassé. On pensait que le gouvernement allait nous envoyer des kits mais comme ils nous ont donné une date donc on attend. A propos des masques, on a informé les élèves, demain en venant d’envoyer des bavettes et quiconque n’envoie pas ne rentrera pas. Pour la distanciation-là, il n’y a pas de problème, nous avons 33 candidats donc 15 par sale”, dit-elle.

Près de cette école, les élèves de l’enseignement général sont sur les préparatifs. Pour le moment, aucune disposition n’est prise, a indiqué une enseignante en l’absence du directeur de cet établissement.

Au collège Tafory, c’est pratiquement le même constat, il n’y a que deux kits sanitaires pour l’ensemble des élèves. Une situation jugée déplorable par la direction dudit collège.

Contrairement à ces écoles qui se plaignent par un manque criard des kits sanitaires et masques, le lycée 28 septembre a de son côté pris des dispositions nécessaires. Tous les élèves portent leurs bavettes et se lavent les mains avant d’avoir accès aux différentes salles où les mesures de distanciation sont visibles.

“La reprise pour qu’elle soit effective, il faut des préparatifs. Nous avons convoqué le personnel enseignant plus de 4 fois. L’assainissement a été effectué et les classes ont été pulvérisées. Aujourd’hui, nous tout est rentré en ordre, les kits sont installés, tous les élèves ont leur masque et grâce à un nouvel emploi du temps déjà élaboré, la distanciation est respectée dans les salles de classe”, a dit Seydouba Torres Camara, proviseur au lycée 28 septembre de Kindia.

A noter que le communiqué relatif à la réouverture progressive des établissements a été mal assimilé dans certaines écoles.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.