Kindia : “si toutes les unités de traitement étaient comme le CREMS de Pastoria, nous vaincrons la Covid-19”, dit un patient

Print Friendly, PDF & Email

Ils sont près de 50 personnes sous traitement au centre de recherche en épidémiologie microbiologie et soins médicaux de Kindia. Ce mardi 2 juin 2020, un patient depuis son lit de malade au CREMS parle de ce centre de recherché et de traitement. Pour ce patient qui a préféré garder l’anonymat, si toutes les unités retenues pour le traitement de Covid-19, fonctionnent comme le CREMS de Kindia, la Guinée vaincra très bientôt cette pandémie.

A Kindia, les rumeurs circulent sur le confort dont bénéficient les malades de Covid-19 au CREMS de Pastoria. Contacté ce mardi par le correspondant de mediguinée.com, un patient dudit centre explique : « Ce que les gens racontent c’est la vérité en termes de traitement. Ici les activités vont bon train. Le personnel soignant s’occupe de nous avec tant d’amour. Nous sommes rassurés chaque minute de vaincre cette maladie. Ils nous donnent des médicaments trois fois par jour, le matin, à midi et le soir. Nous mangeons en qualité et non en quantité. Ils nous donnent tout ce que nous demandons comme le savon pour nos toilettes. En plus, la sécurité est bien assurée, il y a aussi l’ambiance qui règne entre les patients. Et les médicaments qu’ils nous donnent sont très efficaces, et depuis que moi, je suis venu, ma santé s’améliore au jour le jour. Si toutes les unités de traitement du nouveau Coronavirus fonctionnent comme le CREMS de Pastoria, la Guinée va bientôt vaincre la Covid-19 parce que une fois ici, l’idée de la mort t’échappe », ajoute ce patient dont la sortie du CREMS est programmée pour les jours à venir.

Poursuivant sont intervention, notre interlocuteur invite les populations de Kindia à respecter les mesures sanitaires et arrêter de stigmatiser les malades, les contacts et les guéris de Covid-19.

« Je demande aux populations de respecter les mesures sanitaires. C’est une réalité, le virus est déjà à Kindia et on ne sait pas qui est sain ou malade. C’est seulement en acceptant de porter les masques et laver les mains régulièrement que nous pourrons être à l’abri de cette pandémie mortelle. Je demande à cette même population de cesser de stigmatiser ceux qui sont contacts ou suspects de nous maladies, et une fois guéris de ne pas étiqueter les gens. Si tu es là, seul ce que les gens racontent sur toi te déstabilise sinon le traitement ici est rassurant», indique ce patient alité au CREMS. 

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia

+224 623 08 09 10.

 

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.