Kindia : un vieux de 70 ans accusé de viol sur une fille de 15 ans

Print Friendly, PDF & Email

Un vieux âgé de 70 ans a été accusé de viol sur une fillette de 15 ans au quartier Filigbé, dans la commune urbaine de Kindia. Ce présumé cas de viol a été révélé mercredi, 1er avril, par la tutrice de la fille. Le tribunal de la  première instance de Kindia s’est saisi du dossier et dit que pour le moment rien n’est établi.

C’est précisément dans le secteur Tapioka, à Filigbé aux environs de 20 heures que cet acte se serait déroulé entre un vieux âgé de 70 ans et une fillette de 15 ans. 

Pour le procureur de la république près le tribunal de première instance de Kindia Amadou Diallo, il s’agit d’abord d’un présumé cas de viol.

« J’ai été informé par l’entremise du colonel Soumah, commissaire central de Kindia qui m’a appelé très tôt le matin pour dire qu’hier un vieux de 70 ans du nom de M. Mara aurait été surpris avec une fillette de 15 ans. Aussitôt informé, j’ai demandé à la police de conduire si bien la fille que le vieux à mon bureau. Interrogé, le vieux a reconnu librement et sans ambages les accusations portées à son encontre. Quant à la fille, elle disait sans se gêner qu’elle sort avec le vieux il y a plus de deux mois et qu’elle a couché avec lui à plusieurs reprises. Elle dit même ignorer le nombre de fois. Mais le vieux oppose une négation à cette affirmation de la fille. Pour lui, la fille est encore vierge », explique-t-il.

Après leur audition, le procureur dit avoir instruit qu’on examine la fillette pour savoir si effectivement elle est vierge pour pouvoir qualifier les faits.

« J’ai demandé à la police tout en interrogeant les deux personnes qu’elles acceptent de délivrer un d’eux par la loi pour que les médecins nous disent si la fille est vierge. Parce-que si la fille est vierge cela sous-entend qu’il y a eu de simples attouchements, on va qualifier les faits d’attentat à la pudeur. Les faits vont cesser d’être criminels pour être correctionnels. Ensuite, si la version de la fillette s’avère vraie c’est-à-dire le consentement c’est que c’est un viol parce que même si elle a consenti, il y a viol quand il y a absence de consentement mais le consentement d’une mineure n’est pas pris en compte par le droit. Parce qu’on estime que c’est un consentement vicieux même si elle est physiquement apte aux relations intimes, mais elle n’a pas l’âge requis par la loi pour consentir réellement à un tel acte que nous appelons le coït », ajoute le procureur du TPI de Kindia.

A en croire le procureur, une enquête est déjà en cours pour clarifier les faits.

Aboubacar Dramé, correspondant régional à Kindia    

+224 623 08 09 10

Laisser un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!